Défilé de la Biennale de la danse : Toujours en déambulant

Plus encore que “Parler debout” -thème que s’est donné le défilé vénissian de la Biennale de la danse-, on pourrait dire que le véritable mot d’ordre est “Toujours en déambulant” ! C’est ce que préconisait le chorégraphe Fred Bendongué avant le défilé de ce dimanche 5 septembre dans les rues du Charréard : “Faites tout, toujours, en déambulant. Lorsque vous avez soif, rafraîchissez-vous toujours en déambulant. Et redonnez la bouteille au porteur d’eau qui vous l’aura amenée toujours en déambulant.”
Et qu’importe si cette marche incessante peut, par moments, paraître désordonnée : ainsi quand les musiciens, porteurs de haut-parleurs, pénètrent le groupe des poupées et des soldats. Il s’agit, décrypte Fred, “d’un fusionnement de larsens créant le chaos avant de devenir une déferlante qui se rapproche des robes manèges”.
La couleur est l’autre maître-mot du défilé. Les costumes créés par Malika Mihoubi pour les différentes entités (les enfants, les robes manèges, les soldats, les poupées, les musiciens-jokers, les porte-drapeaux, les porteurs d’eau hérissés d’épines multicolores en baudruche) sont très beaux, très diversifiés. L’ensemble y gagne une sacrée allure. Créées par des femmes détenues à la maison d’arrêt de Corbas lors d’ateliers d’insertion via les pratiques artistiques, ces robes manèges seront exposées du 13 au 19 septembre à l’Espace arts plastiques de la Maison du peuple. Le vernissage aura lieu le 13 septembre à 18 heures.
En passant avenue Jacques-Duclos, les danseurs ne peuvent s’empêcher de jeter un regard inquiet vers le stade Laurent-Gérin. Souvenir de cette répétition, un jour de juillet, qu’ils ont dû interrompre pour évacuer les lieux à la vitesse grand V. “Un essaim de 55 000 abeilles, explique une dame (qui ajoute : le chiffre nous a été donné par l’apiculteur), s’était formé dans le stade. Il ressemblait à un gros dôme qui grouillait, avec un vol stationnaire au-dessus. Nous avons été obligés de partir !” Mais la mésaventure ne s’est évidemment pas renouvelée.

À la fin du parcours vénissian, les quelque 120 participants, malgré la fatigue, sont repartis confiants. Ils feront belle figure à Lyon, dans le grand défilé qui partira ce dimanche 12 septembre à 14h30 de la place des Terreaux pour s’achever à Bellecour plusieurs heures plus tard, aux alentours de 18h30, par une Bateria enfantine et une gigantesque tarentelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *