Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Apprendre tout en s’amusant

Pour sa deuxième semaine d’ateliers, l’association éducative Amasco a proposé aux jeunes vénissians de fabriquer leur propre jeu de société.

Jouer en apprenant, c’est le défi que s’est lancé Amasco. Ce n’est pas la première fois que l’association éducative pose ses valises à Vénissieux. Dans le cadre des ateliers d’été, elle propose trois semaines thématiques aux jeunes Vénissians de 6 à 12 ans afin de lier activités pédagogiques et ludiques.

Et cette semaine, les jeunes ont pu élaborer de leurs propres mains, un jeu de société en bois. « Les compagnons bâtisseurs sont venus nous voir afin de nous aider à le créer. Nous avons vraiment fait le jeu de A à Z : le plateau, les pièces, les règles, la décoration, les cartes… », décrit Alexandrine Soukeur, directrice du site Amasco à Vénissieux.

En se basant sur le jeu de l’oie, trois groupes ont réalisé des plateaux thématiques. Le premier a pour univers les bonbons. « Il y a quatre récompenses, nous expliquent Lyna et Mikaïl. Des donuts, des guimauves, des sucettes et des tablettes de chocolat. Pour passer la ligne d’arrivée, il faut en avoir une de chaque. »

Pour la décoration, les jeunes ont utilisé divers matériaux qui nous plongent complètement dans leur monde. « Nous avons mis du coton pour faire comme des nuages ou de la barbe à papa, montre Djibril. Nous avons aussi fabriqué des sucres d’orge, des sucettes… »

Du côté du « Jeu de l’aventure », quatre mondes cohabitent : le parc aquatique, les pirates, la plage et la montagne. Le dernier plateau se nomme « Les aventures à Fantasia » où là aussi, quatre univers se distinguent. Aylin nous en dit un peu plus : « Il y a l’univers des pirates, des gourmandises, des licornes et des montagnes. »

Sur chacun des jeux, des cartes thématiques permettent d’avancer les pions. « Il y a des défis comme ‘faire sa tête la plus horrible’, dicte Aïcha. On doit aussi dessiner, mimer, ou alors trouver une charade. »

Amoindrir la rupture entre l’école et les vacances

Avant et après ces semaines d’activités, des bilans sont réalisés par les animateurs sur les jeunes suivis. « Si en amont, on repère quelques difficultés chez un des participants en math ou en lecture par exemple, nous allons l’aider à améliorer ce domaine, explique Alexandrine Soukeur. Nous leur apprenons aussi à devenir plus autonomes, responsables et avoir plus d’assurance. »

Manipulations, ateliers scientifiques, expérimentations, ou alors programmation informatique, les activités sont diverses et originales. « Nous avons de nombreuses malles prêtes avec des jeux de société qui peuvent être artistiques, créatifs, avec toujours l’idée d’apprendre quelque chose », continue la directrice avant de résumer : « Nous nous situons entre le soutien scolaire et le centre aéré. Nous proposons ces ateliers afin d’amoindrir la rupture entre l’école et les vacances. »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Vendu a près de 250 000 exemplaires, avec des versions belge, québécoise et bientôt américaine, polonaise et italienne, le jeu « Tu te mets combien ? », a...

Actus

Depuis ce lundi 8 février, treize collégiens de Vénissieux participent à des stages d'une semaine, organisés par les associations Amasco et Zup de Co.

Culture

Pendant tout l'été, la Ville, via la Direction des affaires culturelles et la Maison du Projet, a proposé une série d'animations culturelles pour tous...