Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Transports en commun : exit le Sytral, voici l’AOM

Créé en 1985, le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (Sytral) disparaît pour laisser place à l’Autorité organisatrice des mobilités (AOM) des territoires lyonnais. La transformation a été actée ce mardi par les élus de la Métropole. Non sans quelques remous.

Créé en 1985, le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (Sytral) disparaît pour laisser place à l’Autorité organisatrice des mobilités (AOM) des territoires lyonnais. La transformation a été actée ce mardi par les élus de la Métropole. Non sans quelques remous.

Photo Sytral- © Droits réservés

C’est d’abord un changement de statut. On ne parle plus d’un syndicat mixte mais d’un véritable établissement public. Une transformation rendue possible par la loi d’orientation des mobilités de décembre 2019 et une ordonnance du gouvernement. Le Sytral, installé depuis près de quarante ans dans le paysage local, deviendra ainsi à compter du 1er janvier 2022 l’Autorité organisatrice des mobilités (AOM) des territoires lyonnais.

Mais c’est aussi un changement d’échelle. Le territoire sur lequel l’AOM aura la compétence ajoute, aux 13 collectivités et intercommunalités du département du Rhône, sept communes de la Loire, une commune de l’Ain et la partie rhodanienne de Vienne-Condrieu Agglomération. Soit un total de 1 845 000 habitants répartis dans 263 communes. La Métropole, qui disposera de 24 des 37 sièges du conseil d’administration, sera de très loin le premier contributeur au budget de l’équipement public avec un engagement financier croissant jusqu’à la fin du mandat : 127,5 millions d’euros en 2020, 151 millions en 2021, 200 millions en 2026.

Les missions de l’AOM incluent la coordination des services et des différents réseaux (TCL, Cars du Rhône, Libellule…), l’information multimodale, la tarification coordonnée, l’assistance technique et un rôle possible de conseil en mobilité. Un objectif est clairement affiché : celui de pouvoir proposer à terme aux usagers un ticket unique pour tous les transports du Rhône et de la Métropole.

L’opposition claque la porte

« Le nouvel établissement est une opportunité pour penser les mobilités à l’échelle de notre bassin de vie, a déclaré le président de la Métropole, Bruno Bernard. Nos concitoyens se déplacent indépendamment des limites géographiques de la seule agglomération de Lyon. Nous saurons mieux répondre à leurs attentes en concevant les mobilités sur un périmètre élargi ». Le président a par ailleurs indiqué son « regret que l’opposition au sein du conseil métropolitain n’ait pas souhaité travailler dans l’AOM en refusant d’y siéger ».

À la vérité, l’opposition souhaitait ardemment y siéger, mais avec sept représentants (comme c’est le cas au Sytral), là où le président Bernard en proposait quatre. D’où le refus des groupes de droite et du centre de présenter des noms pour siéger dans le nouvel établissement public.

Parmi les 24 élus métropolitains de la future AOM, à noter la présence de la conseillère vénissiane communiste Marie-Christine Burricand.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Mis en place en mai 2021 par la Métropole, le RSJ concerne déjà un millier de jeunes. Des Vénissians témoignent de l'importance de cet...

Actus

En 2022, la Métropole de Lyon élargit sa subvention à l’achat de vélos d’occasion reconditionnés. À Vénissieux, l’atelier de Janus propose ce type de...

Actus

Après trois ans de mobilisation, les parents ont enfin pu obtenir une réponse concrète du Sytral afin de sécuriser le trajet de leurs enfants.

Actus

L’environnement numérique de travail (ENT) permet aux écoles de faciliter la communication en interne et en externe avec les familles.

Actus

L'opération de porte-à-porte des messagers du tri bat son plein. Tous les foyers vénissians seront visités d'ici au 5 mai.