Disparition : Claude Lardy, grande dame de l’humanitaire

La présidente d’honneur de l’Institut Bioforce, Claude Lardy, est décédée le 22 novembre dernier à l’âge de 91 ans. Avant d’occuper cette fonction honorifique, elle avait présidé l’organisme de formation aux métiers de l’humanitaire pendant 12 ans, de 1996 à 2008.

Le maire, Michèle Picard, a salué une « Vénissiane de cœur, qui nous laisse en héritage son courage, sa bienveillance, son humilité, une héritière de l’humanitaire qui aimait la vie et les gens. »

André Gerin, qui avait connu Claude Lardy en 1985, au moment de l’implantation de Bioforce aux Minguettes, a pour sa part rendu hommage à « une grande dame pleine d’humanisme, d’une grande culture et d’un contact chaleureux ».

Il y a une dizaine d’années, quelques jours après avoir reçu les insignes d’officier de la Légion d’honneur, Claude Lardy avait accordé à Expressions un grand entretien, dans lequel elle revenait sur son enfance dans le Pilat, son amour de la littérature, sa longue carrière à l’institut Mérieux, et l’admiration sans bornes qu’elle vouait à Charles Mérieux, son mentor.

C’est sous la présidence de Claude Lardy que l’Institut Bioforce s’est doté de nouveaux locaux en 2006 à La Darnaise. Elle déclarait un réel attachement à Vénissieux, et singulièrement aux Minguettes. À la hauteur de celui que les habitants portent à l’institut. « Le plateau nous a accueillis puis adoptés, observait-elle dans nos colonnes en 2008. Lorsque le chantier de notre nouveau bâtiment a commencé, il y a eu quelques actes d’incivilité, mais ils ont cessé dès que le nom de Bioforce a été posé sur la façade. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *