Journées européennes du Patrimoine : les archives du sol vénissian

Photo : Romain Étienne – Inrap

Pour les Journées européennes du Patrimoine à Vénissieux, ce 15 septembre, l’accent est mis sur le résultat de fouilles engagées par l’Inrap, l’Institut national de recherches archéologiques préventives, sur le site du Puisoz en 2015. Installée à la médiathèque Lucie-Aubrac du 15 septembre au 20 octobre, l’exposition “1700 m3 d’histoire à Vénissieux, quand l’archéologie dévoile la gastronomie lyonnaise des Années folles” sera l’objet de plusieurs animations, le 15 septembre entre 14h30 et 17h30.

À commencer par une visite guidée en compagnie d’Alban Horry, céramologue et responsable de la fouille, et de Stéphane Brouillaud, spécialiste du verre. Au Puisoz, 30 000 tessons de poteries et faïences fines et 3000 fragments d’objets en verre ont en effet été mis au jour par les archéologues. Ils remontent à la fin du XIXe siècle et illustrent la gastronomie lyonnaise de l’époque. L’exposition s’inscrit également dans le cadre de la Fête de la Science.

Une autre exposition, “Les poubelles de l’Histoire”, nous aidera à comprendre combien, pour l’archéologue, l’endroit où sont entreposés les détritus est un précieux indice.

Plusieurs ateliers seront également encadrés par les archéologues. Avec le premier, accessible dès 8 ans, on pourra observer, tamiser, trier et identifier des graines carbonisées trouvées lors de fouilles. Le second, dès six ans, permettra de reconstituer les poteries à partir de tessons. Ce qui, d’après la forme initiale de l’objet, donnera des indications sur sa datation et sa fonction.

À partir de six ans également, on pourra, en compagnie de deux artistes passionnés d’archéologie, Laura Ben Haïba et Rémi de Chiara, travailler à partir de la trace, du moulage et du fragment.

Pour les plus petits encore (4 ans), on apprendra à faire fonctionner un moulin à grains antique. Et, à partir de trois ans, on découvrira le métier d’archéologue à travers des coloriages et des puzzles.

Renseignements : 04 72 21 45 54.

Sur les fouilles elles-mêmes, voir notre article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *