La Roseraie : l’Entraide Pierre Valdo ne verra pas son bail renouvelé

Les locaux de la résidence inter-générationnelle La Roseraie vont bientôt se vider de leurs occupants. L’association Entraide Pierre Valdo, qui avait signé un bail de trois mois avec le gestionnaire Teressens pour y installer un Huda (hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile), ne verra pas son bail prolongé.
“Le projet avec l’Entraide Pierre Valdo est abandonné”, vient d’annoncer Michèle Picard. Une décision prise par le préfet de région, Stéphane Bouillon, suite à une rencontre de plus de deux heures le 12 juillet dernier avec le maire de Vénissieux. “En novembre 2016, nous avons accueilli un CAO (Centre d’accueil et d’Orientation) hébergeant des migrants de la jungle de Calais, territoire qu’il fallait absolument démanteler. Les villes devaient jouer le jeu. Nous avons apporté notre pierre à l’édifice parce que c’était une situation transitoire suite à la démolition de la jungle. Nous avons d’ailleurs accueilli et accompagné les associations gérant le CAO (Forum Réfugiés puis Habitat et Humanisme, ndlr). C’était une position argumentée par rapport à un contexte précis. » Aujourd’hui, Michèle Picard estime “peu pertinent” d’alourdir les difficultés sociales dans un quartier compliqué et difficile où la rénovation urbaine est en cours.
À l’origine, La Roseraie avait été construite pour devenir une résidence inter-générationnelle accueillant des seniors et des étudiants. Quel devenir pour les locaux après le départ des occupants de Pierre Valdo ? “Je me bats depuis plusieurs mois pour que cette structure retrouve sa vocation première”, conclut-elle.

 

Historique

1970 : création de la clinique La Roseraie par la Mutualité française du Rhône, boulevard du 11 novembre 1918. L’établissement comprend une maternité, des services d’urgences, de chirurgie, de médecine générale…

– 2008 : la Mutualité française du Rhône regroupe la clinique de la Roseraie et la polyclinique des Minguettes dans un nouvel établissement : le Pôle hospitalier mutualiste Les Portes du Sud. Le nouveau propriétaire, Macifimo (groupe Macif) reconverti l’ancienne clinique en résidence intergénérationnelle de 162 logements, pour un coût de 13 millions d’euros.

– juin 2014 : inauguration de la résidence. Mais les locaux restent vides, la société gestionnaire Odelia Résidences ayant déposé le bilan avant l’ouverture.

– 2016 : le groupe lyonnais Teressens devient gestionnaire de cette structure. Ses responsables signaient avec Macifimo un bail commercial de 12 ans. On attend l’arrivée des seniors et des étudiants pour octobre.

– Octobre 2016 : la préfecture réquisitionne les locaux pour y faire un Centre d’accueil et d’orientation (CAO) pour une centaine de migrants expulsés de la jungle de Calais. L’État verse un loyer à Teressens. Le CAO est d’abord géré par l’association Forum Réfugiés .Les premiers migrants s’y installent le 27 octobre

– juin 2017 : Habitat et Humanisme prend le relais, jusqu’au déménagement du CAO dans le 6ème arrondissement en mai 2018.

– Du 1er Juin au 31 Juillet 2018 :la préfecture transforme le CAO en Hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA), dont la gestion est confiée à l’association Entraide Pierre-Valdo.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *