La base-vie des forains du Luna Park en 12 questions-réponses

 

1 – Les forains sont-ils des gens du voyage ?
Non. Bien qu’itinérants, les artisans ou industriels forains sont une catégorie professionnelle, tandis que les gens du voyage forment une catégorie juridique. Même si nombre de ces derniers ont exercé le métier de forain, qui leur permettait d’avoir un travail régulier tout en gardant un mode de vie nomade. Les forains sont propriétaires ou employés de grandes et petites attractions. Les entreprises foraines, pour la plupart familiales, sont parfois de véritables PMI. En France, le secteur fait vivre environ 30 000 familles.

2 – Combien de personnes vont s’installer dans les prochaines semaines ?
Dix familles s’installeront début mars. Elles seront rejointes, en mai, par 30 autres familles. A terme, le site sera en mesure d’accueillir 50 familles maximum, soit 200 personnes environ.

3 – Où travaillent les forains ?
Ils exploitent des attractions lors de la Vogue des marrons à la Croix-Rousse, la Vogue de Monplaisir, le Luna Park d’été et celui d’hiver.

4 – Pourquoi la base-vie s’installe-t-elle sur le site du Matmut Stadium ?
La Métropole va construire une chaufferie urbaine à biomasse sur le site actuel de Surville (Lyon 7e). La recherche, par la Ville de Lyon, d’un terrain assez vaste pour accueillir les caravanes et les camions-tracteurs coïncide avec le départ du LOU pour Gerland, qui laisse un espace de 55 000 m2.

5 – Le terrain appartient-il à Vénissieux ?
Non. Situé sur la commune de Vénissieux, le terrain appartient à la Ville de Lyon. Pour Michèle Picard, « la Ville ne peut empêcher le propriétaire d’un terrain de faire ce qu’il veut dessus, du moment qu’il respecte les réglementations en vigueur dans la commune, et c’est le cas ».

6 – Combien de temps ?
La Ville de Lyon parle de 3 ou 5 ans. Le temps que la Métropole trouve un autre emplacement pour le Luna Park (qui quitterait de Confluence, soumis à forte pression immobilière) et dans l’attente d’un projet pérenne pour l’ex-site du Matmut Stadium. « Cet emplacement ne peut être que provisoire, estime Michèle Picard. Cette entrée de Ville ne peut être caractérisée par un parking de camions. »

7 – A terme, le Luna Park pourrait-il s’installer à cet endroit ?
L’un des interlocuteurs de la Ville de Lyon, M. Kerwich (propriétaire de manèges enfantins) est très clair : « nous voulons rester dans Lyon. Nous refuserons toute autre proposition ».

8 – Le site sera-t-il occupé toute l’année ?
Non. Il sera occupé dix mois par an, de septembre à fin juin. Une quarantaine de familles de septembre à fin novembre (vogue de la Croix-Rousse), 50 de décembre à fin février (Luna Park d’hiver), 10 de mars à fin avril (vogue de Monplaisir) et 30 familles de mai à fin juin (Luna Park d’été). Les deux mois d’été, le site ne sera pas utilisé.

9 – Comment le site sera-t-il organisé ?
Les caravanes seront installées du côté de la rue d’Oradour-sur-Glane et les camions tracteurs sur le parking le long de l’avenue Joliot-Curie. Des canalisations pour l’eau potable et les eaux usées sont installées, ainsi que les réseaux électriques. Il n’y aura ni éclairage  public ni sanitaires (les caravanes en sont équipées).

10 – Le site sera-t-il sécurisé ?
Oui. Pour qu’il ne soit pas occupé par d’autres personnes que les industriels forains, le site sera clos, gardienné, vidéo-surveillé et accessible par badge d’accès 7 jours sur 7. Ces mesures seront financées, mises en place et gérées par la Ville de Lyon.

11 – Où seront scolarisés les enfants de forains ?
Ils resteront scolarisés à Aristide-Briand, à Gerland. Après les années d’école primaire, beaucoup d’enfants de forains sont pensionnaires ou inscrits dans le privé.

12 – L’emplacement sera-t-il gratuit pour les forains ?
Non, ils paieront un loyer, plus exactement une taxe à l’emplacement (d’ailleurs plus élevée qu’à Surville).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *