Plateforme des besoins pour vivre dignement

 « Plateforme des besoins pour vivre dignement » présentée par le Réseau d’alerte et de solidarité des Vénissians

  • Au niveau du Réseau
    Nous réaffirmons : La suspension, voire l’interdiction des saisies, des expulsions locatives pour dette de loyer ainsi que l’interdiction des coupures d’énergie pour retard de paiement, et ceci en toutes circonstances et pas seulement en « cas de bonne foi » du locataire.
    Nous demandons : L’instauration d’une véritable « Sécurité Sociale du Logement » garantissant à chacun le bénéfice des mêmes droits fondamentaux pour une vie digne.
  • Au niveau de la ville
    Nous demandons : La réactivation de la cellule d’urgence de solidarité avec un représentant de chaque partenaire concerné sur la ville par les faits, causes et conséquences en matière de difficultés locatives des citoyens.
    Nous demandons : Concernant l’accès au logement social, la poursuite de la construction de logements vraiment sociaux pour satisfaire les demandes. Le délai actuel pour l’obtention d’un logement est de 3 ans. Il n’est pas acceptable. Un rythme annuel de construction de 500 logements majoritairement sociaux semble nécessaire pour répondre aux besoins et à la demande.
    Nous souhaitons : L’harmonisation des prix du m3 d’eau chaude sur l’ensemble du réseau de chaleur de la ville.
  • Au niveau de la ville et de la Métropole
    Des familles se trouvent être en difficultés causées par un manque de ressources, la maladie, le chômage, la précarité, des accidents de la vie, victimes de l’économie de marché, de la société de consommation…
    Nous demandons : La mise en place de moyens supplémentaires en personnel et en formation, pour un accompagnement humain, social, médical si nécessaire, de manière préventive, afin d’éviter la procédure d’expulsion locative, les coupures d’énergie, le surendettement.
    Nous demandons : Une meilleure prise en considération du mouvement associatif pour la recherche de solutions, en partenariat avec les travailleurs sociaux de la Métropole et de la mairie.
  • Au niveau de la Préfecture
    Nous souhaitons : Une augmentation des places et la réquisition de bâtiments inoccupés ou la mise à disposition d’appartements aux associations pour gérer les hébergements d’urgence.
  • Au niveau national
    Nous demandons : L’arrêt de toute spéculation immobilière.
    Une aide à la pierre plus conséquente, de manière à diminuer le coût du loyer.
    La suppression de la TVA sur le chauffage et l’eau chaude.
    Le coût du loyer et des charges locatives porté au maximum à 20% des ressources des ménages.
    La revalorisation de l’APL et son maintien en cas de dette de loyer et en toutes circonstances, de manière à ne pas aggraver la situation des ménages endettés.
    Nous demandons : La revalorisation du Fond Solidarité Logement et Energie (FSL-FSE) par le relèvement du taux et du plafond d’attribution, afin d’apporter l’aide nécessaire aux ménages endettés.
    Nous demandons : La suspension de toute procédure d’expulsion locative en cas de  démarche du plan de surendettement ou de dépôt d’un jugement d’exécution.
    Nous demandons : La prise en compte par le jugement d’exécution, de toute proposition d’apurement de la dette, afin d’éviter qu’il ne se réduise qu’à donner un délai pour quitter le logement.
    Nous demandons : L’établissement systématique du plan BORLOO (qui permet la signature du nouveau bail) lors de l’apurement de la dette. Il ne doit pas être laissé à la seule appréciation du bailleur.
    L’hébergement temporaire doit prendre en compte avant tout la considération de l’être humain. Il doit être reconsidéré, rénové, offrir aux personnes et aux familles un hébergement personnalisé, individualisé.
    Nous demandons : La mise en œuvre de moyens pour répondre à l’urgence dans l’immédiat.
    Nous demandons : Avec l’hébergement d’urgence, la mise en place d’un accompagnement humain, social, indispensable jusqu’au relogement.
  • Simplification administrative
    Pour toutes démarches de base, une multitude de papiers, souvent les mêmes, est à présenter à divers organismes sociaux. Il arrive qu’il faille les donner plusieurs fois au même organisme ! C’est beaucoup de tracas surtout lorsque l’on est dans la difficulté… Nous demandons : La simplification de toutes démarches de base et l’étude d’un dépôt unique du dossier.
  • Santé
    Aujourd’hui, des personnes, des familles ne peuvent pas se soigner. Déremboursement des médicaments, dépassements d’honoraires, cherté des actes, forfait hospitalier, cherté des mutuelles… autant de facteurs de la vie qui ne garantissent plus les soins à tout le monde.
    Les décisions politiques de celles et ceux qui nous gouvernent visent au démantèlement complet de la Sécurité Sociale.
    Nous nous opposons fermement à ce démantèlement
    Nous voulons reconquérir la Sécurité Sociale sur la base de son fondement : système de solidarité, géré par les assurés sociaux, en dehors de tout circuit marchand, avec une cotisation socialisée, versée par le salarié et l’employeur, en fonction du salaire :
    – pour assurer la gratuité des soins à toutes et tous à 100%
    – pour garantir une retraite pour soi et les siens
  • Revenus
    Pour vivre dignement, il faut des ressources qui, elles, sont basées sur un travail correctement rémunéré (base de 35 heures par semaine) ou sur une retraite décente. Il faut en finir avec des ressources inférieures à 1000 euros !
    – Le SMIC ne doit pas être inférieur à 1800 euros
    – Aucune retraite ne doit être inférieure au SMIC. Le système par répartition doit être maintenu et garantir solidairement ce droit de vivre après le travail.
    – Tous les minimas sociaux, l’allocation adulte handicapée (AAH)… doivent être révisés en conséquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *