La rentrée se présente plutôt bien

De la petite section de maternelle à la terminale, plus de dix mille élèves feront le 3 septembre leur (r)entrée dans un des établissements scolaires de Vénissieux. Au programme, des ouvertures de classe en maternelle et primaire, des options nouvelles dans le secondaire, et bientôt un groupe scolaire tout neuf à Joliot-Curie.
Plus que quelques jours avant de plonger dans le grand bain. Mais il y en a qui s’y préparent déjà : ce sont les 24 enfants qui se trouvent en ce moment à Champagneux, au centre municipal Daniel-Féry. En effet pour la première fois, l’Apasev proposait aux écoliers sortant du CE1 et CE2 un séjour intitulé « Réussir sa rentrée scolaire ». Objectifs : les aider à reprendre un rythme de vie proche de celui de l’école, faire des activités faisant appel aux compétences scolaires telles que l’organisation ou la méthodologie. Et aussi jouer, parce qu’après tout, c’est encore les vacances !
A Vénissieux, cette année se présente dans le primaire sous de bons auspices côté carte scolaire. Six ouvertures de classes ont été entérinées : quatre en élémentaire —Jules-Guesde, Max-Barel, Anatole-France A et B— ; et deux en maternelle : Pasteur, Parilly. Un temps envisagée à Gabriel-Péri, la création d’une classe en élémentaire a en revanche été annulée. Et un comptage est prévu lundi, à la maternelle Ernest-Renan.
Adjoint délégué à l’éducation, aux loisirs et à la jeunesse, Christian Falconnet se réjouit évidemment de cette augmentation continue du nombre d’élèves scolarisés en maternelle et primaire à Vénissieux. « Une nouvelle fois, la progression est importante. Nous avions dépassé la barre des 8 000 écoliers l’an dernier et elle devrait encore monter. De ce fait, depuis plusieurs années, le nombre d’ouverture de classe est important : c’est signe de dynamisme pour la Ville. »
Cette année encore, les écoliers vénissians iront à l’école quatre jours par semaine. Mais en septembre prochain, on passera à quatre jours et demi. Pour préparer ce chamboulement, la Ville s’est engagée dans un important travail de concertation avec les partenaires. A suivre, donc.
D’ici là, deux importantes reconstructions seront arrivés à terme : celle, menée par la Ville, du groupe scolaire Joliot-Curie (voir page 7) ; et celle, menée par le Conseil régional, de la cité scolaire Jacques-Brel qui sera mise en service en septembre 2014. En attendant, la cité scolaire entre dans un important projet de l’Education nationale, intitulé 3C — pour Centre de connaissance et de culture —. Claire Batailler, la proviseure, précise : « Les 3C font cohabiter le livre et le numérique et dans cet esprit, le CDI (centre de documentation et d’information) va considérablement évoluer pour proposer aux élèves un cadre de travail et de rencontres convivial et chaleureux, destiné à faciliter leur implication. Nous avons eu des réunions avec les services de l’Éducation nationale ainsi qu’avec le conseil de la vie lycéenne. Les élèves ont beaucoup d’idées : ils souhaitent davantage d’ordinateurs, des tablettes, des fauteuils fixes, un point lecture au calme… Ce sont des projets éducatifs et pédagogiques à part entière. Ils s’appuient sur les compétences du professeur-documentaliste. »

Point noir : l’avenir du CIO

Côté nouveautés dans les collèges, citons Elsa-Triolet où une option « Excellence scientifique » doit voir le jour. Sur le site Expérithèque du ministère de l’Education nationale, Nicolas Grenèche (un des quatre professeurs impliqués dans cette expérimentation), explique que l’objectif est de lever les blocages qui font que 3,2 % des collégiens d’Elsa intègrent une 1re S alors que la moyenne académique est de 34,3% et qu’ils sont nombreux à montrer un intérêt pour les sciences, notamment en 6e et 5e. Seize élèves de 5e sélectionnés sur leur motivation vont bénéficier de deux heures supplémentaires par semaine. Leur thème d’étude sera le soleil.
Reste, à Vénissieux, un point noir en cette rentrée : l’avenir du CIO. Conséquence notamment du désengagement du Conseil général, le rectorat a en effet entrepris de revoir la carte des Centres d’Information et d’Orientation dans le Rhône. Plusieurs CIO pourraient passer à la trappe, dont celui de Vénissieux, l’objectif étant de passer de douze à six CIO dans le département. À la suite d’une puissante grève des personnels, en juin, le rectorat s’était engagé à constituer un groupe de travail réunissant des personnels d’orientation et les services de l’Education nationale afin d’étudier cette nouvelle cartographie des CIO. Le SNES pour sa part appelait à élargir le mouvement, dès la rentrée. Le maire de Vénissieux, Michèle Picard, ainsi que les conseillers généraux Marie-Christine Burricand et Christian Falconnet ont demandé à Danielle Chuzeville, présidente du Conseil général, et à Jean-Louis Baglan, l’inspecteur d’académie, de reconsidérer cette décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *