Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

"Modèles" au Théâtre de Vénissieux : le deuxième sexe

Je ne sais pas si, à la vision de « Modèles », un spectacle présenté au Théâtre de Vénissieux le 30 novembre dernier, les hommes et les femmes présents dans la salle ont ressenti les mêmes choses. Ce qui est sûr, c’est qu’à l’issue de la pièce, tout le monde était debout à applaudir bien fort. (Photo : Pierre Grosbois)Proposé par la compagnie normande La part des anges, « Modèles » a été écrit par Pauline Bureau, qui met en scène le spectacle, et ses comédiennes. Entre textes choisis (Pierre Bourdieu, Marguerite Duras et Virginie Despentes) et confessions amusantes ou poignantes, crues ou pudiques (sur la vie de petite fille, les premières règles, le premier rapport sexuel, l’avortement), entre saynètes amusantes (la femme moderne, coincée entre un bébé qui pleure, un patron exigeant, un mari qui fait semblant d’aider et un repas à préparer pour les beaux-parents) et chansons, « Modèles » manie tout autant l’humour que la provocation et décrit sans concession la gent masculine, sans même lui laisser l’ombre d’une chance. C’est un parti pris qu’il faut admettre : on n’est pas toujours d’accord avec toutes les conclusions émises sur scène mais force est de reconnaître qu’aucun mot ne laisse indifférent et que « Modèles » réussit son pari.
Les trois auteurs précédemment mentionnés, Bourdieu, Duras et Despentes, sont joués par les comédiennes, interviewées et filmées. Ce qui signifie qu’on les voit de loin, sur un tréteau, leur visage filmé apparaissant en gros plan sur un écran. Cette mise en scène intelligente rend d’autant plus intéressants les trois témoignages mais c’est sans doute le troisième, celui de Virginie Despentes, qui prend le plus de signification. Pourquoi, se questionne-t-elle en substance, faut-il que les hommes, très souvent, se croient obligés de donner leurs judicieux conseils aux femmes qui écrivent, filment, peignent, mettent en scène ou, simplement, témoignent (comme elle de son viol) ? Pourquoi conseillent-ils : « Tu aurais dû faire comme ci plutôt que comme ça. » Pourquoi pensent-ils avoir la science infuse pour laisser les femmes à leurs infusions ?
Toutes ces interrogations glissées tout au long du spectacle atteignent leur but lorsque Marie Nicolle lance, dernier mot entendu sur scène : « Je suis féministe ! »
Gageons que plus d’une jeune fille (et il y en avait beaucoup ce soir-là) sortira en se posant des questions sur ce « deuxième sexe » dont parlait Simone de Beauvoir, sur la place de la Femme, sur Sa place au sein de la société.
Parlons des comédiennes : Marie Nicolle, Sabrina Baldassara, Sonia Floire, Laure Calamy et Gaëlle Hausermann. Elles sont toutes formidables, tour à tour tendres, provocantes, dures, amères…
Après « Modèles », le Théâtre de Vénissieux va libérer la parole des femmes pendant tout le mois de décembre, avec « Les femmes savantes » par la compagnie du Détour (13-14 décembre) et le one-woman show de Nouara Naghouche (« Sacrifices », le 21 décembre).

Cliquer pour commenter

1 Commentaire

  1. autobyweb

    6 décembre 2012 à 12 h 40 min

    Superbe pièce !! Des comédiens très convaincants !
    L’histoire est triste mais très belle 🙂

  2. autobyweb

    6 décembre 2012 à 12 h 40 min

    Superbe pièce !! Des comédiens très convaincants !
    L’histoire est triste mais très belle 🙂

  3. autobyweb

    6 décembre 2012 à 12 h 40 min

    Superbe pièce !! Des comédiens très convaincants !
    L’histoire est triste mais très belle 🙂

  4. autobyweb

    6 décembre 2012 à 12 h 40 min

    Superbe pièce !! Des comédiens très convaincants !
    L’histoire est triste mais très belle 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Ce 23 juin, était dévoilée la nouvelle saison de La Machinerie, qui réunit le Théâtre de Vénissieux et "Bizarre !", l'équipement de musiques actuelles....

Culture

Ce 6 mai, le Théâtre de Vénissieux avait pris des allures de club new-yorkais : boules à facettes, haies d'honneur saluant les couples dansant...

Culture

Ce 6 mai à partir de 18h30, ne ratez pas la dernière soirée de la saison au Théâtre de Vénissieux.

Culture

Le Théâtre de Vénissieux mène avec l'Ehpad La Maison du tulipier et le lieu ressource Capso un projet intergénérationnel.

Culture

Les Belges du collectif Mensuel reprennent d'assaut la scène du Théâtre de Vénissieux pour Sabordage. Du percutant, du marrant, du subversif.