Moulin-à-Vent : la rue Henri-Barbusse en pleine transformation

Démarré l’hiver dernier, le chantier de réaménagement de la rue Henri-Barbusse, à la limite nord de Vénissieux, entre dans sa phase finale. Aux deux bouts de la voie, les carrefours ont été remaniés, en particulier celui de la place du Moulin-à-Vent, où aboutit la rue Challemel-Lacour en provenance de Gerland. Ce carrefour était accidentogène et dangereux pour les piétons. Il ressemble désormais davantage à l’idée que l’on peut se faire d’une place, même si la circulation y reste intense. À l’autre extrémité, on trouve la jonction avec la rue Paul-Cazeneuve, en direction du quartier des États-Unis. Entre les deux, 500 mètres de voirie. Ceux qui empruntaient la rue Henri-Barbusse se souviennent sans doute d’une zone peu lisible, sans véritable identité urbaine, marquée par un fort trafic et des vitesses excessives. Le chantier, mené par le Grand Lyon pour un coût de 7,8 millions d’euros, s’attaque à ces différents points. Sur une largeur d’une trentaine de mètres, outre les deux voies de circulation automobile, vont être aménagés un site propre pour les bus, deux pistes cyclables, deux chemins piétons et de larges trottoirs. Plus d’une centaine d’arbres seront également plantés. La livraison devrait intervenir en février.
En améliorant ainsi la qualité de l’aménagement public et en favorisant les modes doux de transport, le Grand Lyon entend “proposer une liaison lisible entre les quartiers de Gerland et des États-Unis”. Les élus de Vénissieux, qui ont visité récemment le chantier, se félicitent de cette opération, d’autant qu’on peut logiquement en attendre un effet d’entraînement sur les promoteurs immobiliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *