André Gerin : "Je ne voterai pas Mélenchon en avril 2012"

Maintenant que le PCF a choisi Jean-Luc Mélenchon comme candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle, comment vont réagir les électeurs communistes dans l’isoloir, le 22 avril 2012 ? Pour André Gerin, en lutte contre l’effacement de son parti dans ce Front, “beaucoup de ces électeurs vont être confrontés à un dilemme : voter pour un candidat socialiste, Martine Aubry, ou pour un autre, Jean-Luc Mélenchon.” Rappelons que M. Mélenchon, sénateur, a quitté le PS en 2008 pour fonder le Parti de gauche.

Le député communiste, lui, n’a pas ce genre d’interrogation : “Je ne mènerai pas la campagne électorale en faveur de Mélenchon, a-t-il assuré lundi, à l’occasion d’une conférence de presse tenue dans sa permanence parlementaire, à Saint-Fons. Et je ne voterai pas pour lui en avril 2012.”

L’opposition d’André Gerin au candidat et au Front de gauche ne relève évidemment pas de questions de personnes mais d’orientations politiques : “J’attends toujours que Mélenchon dise qu’il reviendra sur les privatisations de Jospin. Je remarque aussi que dans le programme partagé du FdG, on ne parle ni de Maastricht ni de sortir de l’euro.”

Synthèse des accords passés entre les formations du Front de gauche, ce programme relève d’une “radicalité” que les partenaires qualifient de “concrète, sociale, écologique et républicaine”. Mais André Gerin enrage de ne pas y trouver les objectifs communistes auxquels, comme lui, des milliers de gens continuent à se référer. Et c’est pour les porter qu’il envisage de se présenter à l’élection présidentielle : “pour mener campagne sur les valeurs d’une gauche authentique et forte. Une gauche avec un PCF de combat qui partira à la reconquête des milieux populaires et de l’électorat du Front national et qui mènera une politique de rupture avec le capitalisme.” Ce qui passe par la réindustrialisation de la France, l’insertion économique des jeunes ou l’arrêt de l’immigration qui n’est à ses yeux “qu’une chance pour le capitalisme financier pour diviser, ghettoiser et exclure”.

Annoncée pour l’automne, la décision d’être ou pas candidat sera prise en concertation avec ses “amis”. “Nous allons voir si nous pouvons faire des bouts de chemin avec ceux qui veulent maintenir le PCF, et si les conditions politiques et matérielles sont réunies pour me présenter.”

Sans compter que, d’ici à avril 2012, le monde peut être fortement chamboulé. “Les peuples sont humiliés. En Grèce ou ailleurs, des séismes sont possibles. L’agenda social, économique et politique des prochains mois en France et en Europe n’est pas écrit d’avance. Tout peut nous péter à la gu…”

Quid des législatives ?

Le programme partagé prévoit de répartir entre les partis du FdG les circonscriptions législatives pour les élections de juin 2012. Le principe est acté de laisser une prime aux députés sortants, à condition qu’ils s’engagent dans le Front de gauche. “Notre proposition de candidature sur la 14e est mise en réserve en attendant de savoir si le candidat que proposera le PCF se revendiquera clairement du Front de Gauche”, expliquait donc le 9 juin le PG du Rhône.

Le refus revendiqué par André Gerin de voter Mélenchon va-t-elle régler la question dans la circonscription dont il est député depuis 1993 ? Idir Boumertit, conseiller municipal PG à Vénissieux, ne cache pas son envie “d’y aller” au nom du Front de gauche. “André Gerin dit qu’on préfère se battre contre lui que contre la droite, mais l’enjeu est de savoir qui est le mieux placé pour faire gagner la gauche : un pur PCF ou un Front de gauche ? La stratégie identitaire n’est pas la bonne.” Revendiquant “un esprit de compétition”, il ajoute : “Même si le Front de gauche ne me donne pas l’investiture, il est possible que je me présente au nom du Parti de gauche. Ce n’est pas une menace, mais le PG aussi doit pouvoir exister et se compter.” Selon lui, d’autres auraient la même tentation.

Bien qu’il s’affirme “en plein accord avec la dynamique du Front de gauche”, le sénateur communiste Guy Fischer s’étonne de ces ambitions. Dans une déclaration du 9 juin, il affirmait soutenir “sans ambiguïté aucune” la candidature d’André Gerin dans la 14e : “Il faut avoir un minimum de respect et d’intelligence pour savoir s’effacer face à un candidat sortant dont la notoriété, le travail et les compétences ne sont plus à démontrer.”

Une pensée sur “André Gerin : "Je ne voterai pas Mélenchon en avril 2012"

  • 1 septembre 2011 à 11 h 16 min
    Permalink

    Les élus PC corrompus par la collaboration à la société ultra-libérale du PS.

    Quelle duplicité d’andré Gérin et ceux qui le soutiennent. Comment peut-il donner des leçons à un candidat en rupture des valeurs ultra-libérales du PS, alors que lui-même appartenant et représentant le PC, est allié au PS depuis 28 ans dans la mise en place et le maintien d’une politique anti-sociale et ultra-libérale. J’ai adhéré au PC en 1968 et l’ai quitté depuis 1983, c’est cela le courage politique, Mr Gérin ! et je voterai pour le candidat du front de Gauche malgré la volonté d’hégémonie du PC qui s’octroi 80 % des candidats du Front de Gauche aux prochaines législatives que je trouve inadmissible. Pour moi ce serait 33 % maximum car il ne représente plus rien sur le plan électoral à cause justement de sa compomission. Vous devriez démissionner ou vous faire virer si le PC a encore un peu de courage politique pour refuser de soutenir le candidat commun du Front de gauche. Le PC a encore beaucoup de chemin à faire poir reconnaître sa responsabilité dans la mise en place et la réussite de cette politique ultra-libérale.

  • 1 septembre 2011 à 11 h 16 min
    Permalink

    Les élus PC corrompus par la collaboration à la société ultra-libérale du PS.

    Quelle duplicité d’andré Gérin et ceux qui le soutiennent. Comment peut-il donner des leçons à un candidat en rupture des valeurs ultra-libérales du PS, alors que lui-même appartenant et représentant le PC, est allié au PS depuis 28 ans dans la mise en place et le maintien d’une politique anti-sociale et ultra-libérale. J’ai adhéré au PC en 1968 et l’ai quitté depuis 1983, c’est cela le courage politique, Mr Gérin ! et je voterai pour le candidat du front de Gauche malgré la volonté d’hégémonie du PC qui s’octroi 80 % des candidats du Front de Gauche aux prochaines législatives que je trouve inadmissible. Pour moi ce serait 33 % maximum car il ne représente plus rien sur le plan électoral à cause justement de sa compomission. Vous devriez démissionner ou vous faire virer si le PC a encore un peu de courage politique pour refuser de soutenir le candidat commun du Front de gauche. Le PC a encore beaucoup de chemin à faire poir reconnaître sa responsabilité dans la mise en place et la réussite de cette politique ultra-libérale.

  • 1 septembre 2011 à 11 h 16 min
    Permalink

    Les élus PC corrompus par la collaboration à la société ultra-libérale du PS.

    Quelle duplicité d’andré Gérin et ceux qui le soutiennent. Comment peut-il donner des leçons à un candidat en rupture des valeurs ultra-libérales du PS, alors que lui-même appartenant et représentant le PC, est allié au PS depuis 28 ans dans la mise en place et le maintien d’une politique anti-sociale et ultra-libérale. J’ai adhéré au PC en 1968 et l’ai quitté depuis 1983, c’est cela le courage politique, Mr Gérin ! et je voterai pour le candidat du front de Gauche malgré la volonté d’hégémonie du PC qui s’octroi 80 % des candidats du Front de Gauche aux prochaines législatives que je trouve inadmissible. Pour moi ce serait 33 % maximum car il ne représente plus rien sur le plan électoral à cause justement de sa compomission. Vous devriez démissionner ou vous faire virer si le PC a encore un peu de courage politique pour refuser de soutenir le candidat commun du Front de gauche. Le PC a encore beaucoup de chemin à faire poir reconnaître sa responsabilité dans la mise en place et la réussite de cette politique ultra-libérale.

  • 1 septembre 2011 à 11 h 16 min
    Permalink

    Les élus PC corrompus par la collaboration à la société ultra-libérale du PS.

    Quelle duplicité d’andré Gérin et ceux qui le soutiennent. Comment peut-il donner des leçons à un candidat en rupture des valeurs ultra-libérales du PS, alors que lui-même appartenant et représentant le PC, est allié au PS depuis 28 ans dans la mise en place et le maintien d’une politique anti-sociale et ultra-libérale. J’ai adhéré au PC en 1968 et l’ai quitté depuis 1983, c’est cela le courage politique, Mr Gérin ! et je voterai pour le candidat du front de Gauche malgré la volonté d’hégémonie du PC qui s’octroi 80 % des candidats du Front de Gauche aux prochaines législatives que je trouve inadmissible. Pour moi ce serait 33 % maximum car il ne représente plus rien sur le plan électoral à cause justement de sa compomission. Vous devriez démissionner ou vous faire virer si le PC a encore un peu de courage politique pour refuser de soutenir le candidat commun du Front de gauche. Le PC a encore beaucoup de chemin à faire poir reconnaître sa responsabilité dans la mise en place et la réussite de cette politique ultra-libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *