Les ateliers d'écriture de Fabienne Swiatly : leçons de vie

Fabienne Swiatly (à gauche) et son cercle de lectures

Notons d’abord la convivialité : aucune des personnes présentes ne pourrait s’en passer, pas plus Fabienne Swiatly que celles et ceux qui ont choisi de participer à l’atelier d’écriture animé par l’écrivain en résidence à l’Espace Pandora jusqu’en avril. Nous sommes à la Maison de quartier Darnaise un mercredi soir et les séances menées par Fabienne démarrent toujours avec un thé et des petits gâteaux qui circulent, souvent faits maison.Sur le thème du déplacement, Fabienne a déjà travaillé avec plusieurs groupes, d’autres étant encore programmés pour les mois de février et mars. Elle cite les élèves de bac pro du lycée Marc-Seguin, les personnes du centre social de Parilly et du Certa, “le groupe ouvert” du mercredi (avec des habitants de Vénissieux ou des communes limitrophes), les jeunes de l’EPJ Charréard (pendant les vacances de février) et les enfants de l’école Jean-Moulin (après les vacances). “Tous auront un recueil de textes issus de ces ateliers, explique Fabienne. Nous publierons sans doute aussi un recueil global, réunissant l’ensemble des ateliers, dont je ne sais encore rien. Enfin, nous ferons une restitution de tous ces écrits en avril.”
Les ateliers diffèrent suivant les participants. “À Parilly, je suis avec des gens qui ne savent pas du tout écrire. C’est bien de leur donner la possibilité de le faire avec un auteur, dans un esprit de bienveillance. On n’est pas à l’école, on est là pour s’étonner.” Elle désigne une des personnes qui suit l’atelier du mercredi soir : “Dorothea est d’origine allemande, le français n’est pas sa langue maternelle et, souvent, elle nous épate !” À La Darnaise, le “groupe ouvert” est constitué d’une dizaine d’adultes. Chaque fois, Fabienne leur fait une proposition d’écriture. Aujourd’hui, il va falloir plier une feuille A3 en trois pour se retrouver avec trois petites colonnes. Chacune sera dédiée à un âge différent.
Fabienne lit un extrait de “L’enfant des limbes” de Jean-Bernard Pontalis, écrivain, psychanalyste et directeur des éditions L’Arpenteur. “À partir de phrases débutant par “il aimait”, “il rêvait”, “il détestait”, il évoque la petite enfance, l’adolescence et l’âge adulte et parcourt les limbes de la mémoire. Je vous propose d’écrire trois textes où vous parlerez de vous à la troisième personne, à trois âges différents : l’enfance, l’adolescence et aujourd’hui.”
Chacun se livre volontiers à l’exercice et, au bout de trois quarts d’heure, un cercle de chaises se forme afin que chacun puisse lire ses textes et commenter ceux des autres. Outre la qualité du résultat, on apprend beaucoup de chacun, les espoirs déçus livrés avec beaucoup d’humour (“je ne serai pas vétérinaire” suivi d’un “je ne serai pas enseignante”, lâché par une institutrice), vies résumées en quelques lignes. Ainsi Jacqueline, qui parle de ses années passées à travailler à  la chaîne, après la guerre, à raison de neuf heures par jour. “Quand une fille tombait enceinte, raconte-t-elle, toute la chaîne se mettait à tricoter.”
Plutôt que leçons d’écriture, nous pourrions alors parler de leçons de vie.

Les deux prochains ateliers se dérouleront à l’Espace Pandora (et non à la Maison de quartier)  les 26 janvier et 2 février, à partir de 18h30.
Renseignements : 04 72 50 14 78.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *