Conseil de quartier Moulin-à-Vent : trop de soucis au quotidien

Pour avoir une chaise, il ne fallait pas arriver en retard à l’assemblée générale du conseil de quartier Georges-Lévy/Ernest-Renan/ Moulin-à-Vent. Ce sont en effet près de deux cents riverains qui se sont pressés dans la salle du restaurant scolaire du Moulin-à-Vent. Une affluence appréciable, pour Éliette Orenes, la présidente du conseil, qui a ouvert la soirée : “Participer à ces assemblées, c’est améliorer la prise en compte des réflexions des habitants par l’équipe municipale. En 2009, de nombreux thèmes ont été abordés lors de nos permanences : arrivée du tram T4, fermeture des squares, création d’un marché du soir (lequel a débuté mardi 12 octobre, N.D.L.R.)… Cela permet d’adapter la politique de la ville aux besoins des habitants.”Édith Chagnard-Peillard, l’une des deux adjointes aux conseils de quartier, s’est ensuite chargée de présenter les travaux réalisés ou en cours de réalisation sur le territoire de la ville. L’occasion de rappeler également un important chantier en prévision lié au projet intercommunal “Grand trou – Moulin-à-Vent”. Il prévoit de requalifier des rues, d’implanter des commerces et de créer une ligne de transport en commun “propre”, qui relierait Gerland à La Doua. Cette ligne TCL, appelée “A7”, devrait passer entre Vénissieux et Lyon 8e. Début des travaux vers la fin de l’année 2011.

La sécurité, un sujet important
Vint ensuite le tour des questions des habitants. Pour y répondre, de nombreux élus sont présents, dont Michèle Picard, le maire, et Yolande Peytavin, première adjointe. La première intervention donne immédiatement l’un des thèmes dominant cette réunion : la sécurité. “J’habite dans le quartier depuis 34 ans, explique un riverain. Mi-septembre, ma voiture a été brûlée et le feu s’est communiqué à ma maison. Je suis inquiet.” “En trois mois, j’ai vu brûler six véhicules”, confirme une de ses voisines. “Ce sont des problèmes qui relèvent d’abord de la compétence de l’État, rappelle Christian Falconnet, adjoint au maire chargé de la prévention et de la sécurité. La ville n’avait aucune obligation de se doter d’une police municipale, c’est un choix politique qui a été fait. Comme nous faisons le choix d’étendre son activité en créant une équipe de nuit. Elle a parmi ses missions, celle de sécuriser les squares. Depuis que Bullukian ferme aux alentours de 22 heures, les habitants nous remercient. Mais j’insiste, la sécurité des biens et des personnes, c’est à l’État de l’assurer. Nous, nous faisons ce que nous pouvons avec les moyens dont nous disposons.”
“J’ai un souci avec les pigeons dans la copropriété où j’habite, raconte ensuite une habitante. La ville peut-elle faire quelque chose à ce sujet ?” C’est Pierre-Alain Millet, adjoint chargé de l’environnement, qui lui répond : “On ne peut malheureusement pas les éradiquer totalement. On peut parfois faire des prélèvements d’individus, mais cela ne résoudra pas le problème. Pour réguler leur présence, il faut travailler en amont. Un pigeon, pour s’installer, doit pouvoir répondre à deux besoins : se nourrir et se reproduire. Comme les rats, ils mangent tout ce qu’ils trouvent, il faut donc veiller à la propreté. Et pour se reproduire, il faut qu’ils puissent nicher. Les propriétaires doivent donc veiller à réduire au maximum les espaces dans lesquels ils peuvent s’installer.”

Une piste cyclable avenue de Pressensé
De nombreux autres sujets ont été abordés au cours de la soirée. Le devenir de la salle de la Satire ? “Aujourd’hui, cet espace ne peut être occupé, il est hors normes, répond Yolande Peytavin. C’est dommage, d’autant que nous avions fait des projets pour utiliser cette salle, mais ils n’avaient pas convaincu les habitants.” L’arrivée de la fibre optique ? “Le Grand Lyon a repris la compétence au Conseil général, explique Pierre-Alain Millet. L’objectif est d’amener la fibre aux portes de tous les foyers de l’agglomération d’ici six ou sept ans.” Les problèmes de stationnement de poids lourds, rue des Pyrénées, et de poubelles sur un passage piéton, rue Paul-Vaillant-Couturier ? “Nous allons prévenir la police municipale, qui verbalisera, comme elle en a le pouvoir”, assure Michèle Picard. Une piste cyclable dans le quartier ? “C’est un de nos projets, reprend P.-A. Millet. Elle longera l’avenue Francis-de-Pressensé.”
Pour parler de cet aménagement, les riverains sont d’ailleurs invités à une rencontre ce jeudi 14 octobre à 17 heures. Le rendez-vous est fixé devant le square des maraîchers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *