Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

L’avenir d’ “Expressions” se jouera au tribunal administratif

La requête a été déposée par cinq conseillers d’opposition qui veulent faire annuler la subvention versée au journal.

Depuis 1990, la version papier d’Expressions est distribuée toutes les deux semaines dans les boîtes aux lettres. Et depuis 2010, un service quotidien d’information est assuré sur Internet et les réseaux sociaux.

Cinq des quinze conseillers d’opposition que compte le conseil municipal ont déposé, fin mars, un recours au tribunal administratif pour faire annuler la subvention que verse la Ville au journal Expressions.

Cette requête fait suite au rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC), qui a été présenté en janvier au conseil municipal. Lequel rapport, dans une observation, considère que le journal vénissian “relève d’une entreprise de presse de nature commerciale“. Ce faisant, la CRC estime que “l’intérêt public et communal [de notre publication] n’étant pas démontré”, le fondement légal de l’aide apportée par la municipalité “fait défaut”.

Tant dans sa réponse écrite à la CRC, en décembre 2022, que dans sa déclaration au Conseil municipal, le 30 janvier 2023, le maire, Michèle Picard, a contesté cette analyse. “La commune considère que le journal Expressions contribue à l’information des habitants, et que cette information relève de l’intérêt public local, a défendu l’élue. (…) Tous les quinze jours, il est distribué dans tous les foyers, où il est souvent le seul journal disponible. (…) Plusieurs enquêtes ont démontré son importance pour l’information des Vénissians.”

L’avenir d’Expressions, titre créé en 1990, qui emploie actuellement neuf personnes dont sept journalistes, se jouera donc… devant les tribunaux.

 

2 Commentaires

1 Commentaire

  1. Michel Raffin

    12 juillet 2023 à 17 h 14 min

    Le tribunal administratif n’a pas le pouvoir de supprimer la diffusion d’un journal.

    S’il s’agit d’un journal payant et qu’il est en faillite, c’est du ressort du tribunal de commerce. S’il s’agit d’un gratuit et qu’il tire ses ressources de la publicité, s’il est en faillite c’est aussi une décision du tribunal de commerce.

    Expressions est un gratuit qui ne tire pas l’essentiel de ses ressources de la publicité. L’argent ne tombant pas du ciel, il faut bien que le financement vienne de quelque part.

    Le seul pouvoir que pourrait avoir le tribunal administratif serait si le journal s’emploie à diffuser des informations mensongères, racistes ou diffamatoires et ainsi ne respectant pas le code de déontologie. Je pense donc que le tribunal administratif doit se déclarer incompétent dans cette affaire.

  2. Vénissian

    2 avril 2023 à 7 h 38 min

    Toutes les communes diffusent un journal d’information municipale aux habitants et heureusement! ces élus qui ne savent que critiquer feraient de même s’il étaient en majorité. Ces critiques montrent la bêtise et la haine de ces opposants qui s’acoquinent pour refuser l’information locale gratuite! tout le onde a droit de savoir ce qu’il se passe sans acheter le Progrès! Critiquer critiquer il en reste toujours quelque chose cela montre le peu de considération des opposants pour les vénissians.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Portraits

Ce n'est pas pour ses performances sur le 42 km que Stéphanie Tranchand a été sélectionnée pour le marathon de Paris "bis", réservé aux...

Culture

Respectivement chanteuse et batteur de Da Break, un groupe programmé ce 12 juillet aux Fêtes escales, Jennifer "Hawa" Zonou et Rémy Kaprielan nous ont...

Culture

Deux soirées et une journée qui installeront dans les mémoires, à n’en pas douter, d’excellents souvenirs. Du 12 au 14 juillet, les Fêtes escales,...

Actus

On comptabilise notamment 265 patrouilles sur des sites repérés comme des lieux de regroupements, en particulier dans le quartier du Centre.

Actus

Michèle Picard a présenté, jeudi 11 juillet, les travaux en cours dans plusieurs structures municipales. Gros plan sur quatre chantiers.