Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Transports : Gefco se débarrasse de son actionnaire russe

Ce spécialiste du transport routier, qui emploie plus de 170 personnes sur sa plateforme vénissiane, se sépare de RZD, Les Chemins de fer russes. Gefco récupère ainsi les parts de son actionnaire majoritaire qui plombait ses relations avec ses clients et partenaires.

Le site de Gefco à Vénissieux était directement menacé par les sanctions imposées à RZD.

C’est un soulagement pour les 11 500 collaborateurs du logisticien français, dont plus de 170 sont basés à Vénissieux, chemin du Charbonnier. Gefco ne roulera plus sous pavillon russe. L’entreprise, fondée par Peugeot en 1949, était détenue depuis 2012 par Les Chemins de fer russes (RZD) à hauteur de 75 %. Les 25 % restants du capital étaient aux mains de Stellantis (PSA et Fiat Chrysler Automobiles).

Vendredi 1er avril, Gefco (Groupages express de Franche-Comté) a annoncé par voie de communiqué que la société avait trouvé une solution transitoire en rachetant elle-même les parts de son actionnaire russe. Celles appartenant à Stellantis devraient être reprises par CMA-CGM, le plus grand armateur de porte-conteneurs français. Mais cette dernière opération n’a pas encore été officialisée.

Selon Les Echos, CMA-CGM rachètera dans un second temps la totalité du capital, pour une valeur d’entreprise supérieure à 450 millions d’euros.

En 2012, RZD avait sauvé Gefco, alors à deux doigts de rendre les clés du camion, en achetant 75 % des actions pour un montant de 800 millions d’euros. Mais depuis le début de la guerre en Ukraine, la société russe était devenue un actionnaire gênant. RZD était placé sous sanctions économiques par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union européenne. Cette situation détériorait fortement l’activité de Gefco et plombait ses relations avec ses clients et partenaires.

« On risquait le dépôt de bilan »

Vendredi matin, Patrice Clos, secrétaire général de la Fédération nationale des transports et de la logistique FO-UNCP, confiait à notre rédaction que l’opération devrait être conclue dans les prochains jours. « On risquait le dépôt de bilan, souffle le représentant syndical, lui-même salarié de Gefco. Le Ciri (Comité interministériel de restructuration industrielle) a tout fait pour que l’entreprise ne s’effondre pas. Tout le monde était à la fois anxieux et en colère. On sait que RZD joue un rôle dans cette guerre en acheminant des soldats et des chars. Maintenant, on va pouvoir passer à autre chose. »

Le Directoire du groupe de logistique espère réaliser la transaction avant le 11 avril. À partir du 12 avril, les banques menaçaient Gefco France de couper leurs financements.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

L'entreprise vénissiane Symbio, basée sur l'ancien site Bosch du boulevard Joliot-Curie, va fournir en piles à combustible les utilitaires hydrogène du groupe Stellantis, né...