Réouverture des marchés : tranquille au Centre, un peu moins aux Minguettes

File d’attente au marché du Centre

La réouverture du marché du Centre, mercredi, avait valeur de test pour l’organisation spécifique mise en place en période de déconfinement. Test concluant. Le lendemain aux Minguettes, marché bien plus fréquenté, les forains et placiers ont eu un peu plus de difficulté à faire respecter les consignes.

Mercredi 13 mai, place Léon-Sublet, une petite quarantaine de producteurs proposent fruits, légumes, fromages, œufs, viande, charcuteries, pain… Ainsi que vêtements, outillage, produits d’entretien, puisqu’une demi-douzaine de forains non-alimentaires, vieux habitués des marchés vénissians, sont également inclus dans le dispositif.

Le système mis en place par la Ville, avec une entrée et une sortie distinctes et un sens de circulation unique, régule efficacement la file d’attente : une cinquantaine de personnes au plus fort de la matinée. Les clients ne pénètrent pas sans avoir appliqué du gel hydroalcoolique sur les mains, et entendu les recommandations d’un agent sur le port du masque, les gestes barrières, les consignes sanitaires à respecter, et l’incontournable distanciation.

Du côté des commerçants proposant des produits manufacturés, ce n’est pas l’affluence des grands jours. Farouk, abonné depuis plus de vingt ans aux marchés du Centre et des Minguettes, s’y attendait : « Je n’ai pas ramené beaucoup de marchandises, quelques survêtements, chaussettes et T-shirts par lots car je ne suis pas venu pour faire de l’argent. Plutôt par correction. On m’a dit que je pouvais venir déballer, j’ai accepté.”

De fait, les clients se sont avant tout déplacés pour le marché alimentaire. “Chez Tonton Moh”, stand de fruits et légumes, il y a foule. “Respectez les distances de sécurité, rappelle gentiment le responsable, il y en aura pour tout le monde.” Denis, lui, ne vend que des œufs. Sur les marchés en 1984, ce coquetier de Vaugneray se souvient d’un temps florissant que les moins de 20 ans ne peuvent imaginer : “Il m’est arrivé de vendre 10 000 œufs en une demi-journée, un record, on en est loin bien évidemment, mais je ne suis plus trop loin de la retraite.” À une dizaine de mètres, un exploitant B.O.F. (beurre, œufs, fromage) vante les bienfaits de ses produits pour attirer le chaland. Pas de bousculade non plus du côté de Saïd ou Anselme, bouchers et charcutiers reconnus. En ce mercredi 13 mai, les gens se précipitent davantage vers le poissonnier en bout de circuit.

Malgré la pluie, la file d’attente faiblit à peine. Chantal, déléguée de quartier du Centre, hésite à faire la queue. “Je ne suis là que pour acheter du fromage et des œufs. Mes enfants se sont occupés de faire mes courses durant tout le confinement. Mais j’avais tellement envie de sortir prendre l’air.” Malgré une fréquentation relativement importante, ce premier marché post-confinement est une réussite. Richard, un des placiers référents, en est même agréablement surpris : “Je m’attendais à un peu d’agitation, à quelques contestations. Rien de tout ça.” Venue pour s’assurer de l’efficience du dispositif, Michèle Picard affiche sa satisfaction : “Visiblement, ça s’est bien passé pour cette journée test avec une configuration a minima. On évoluera au fil du temps, surtout si les gens continuent à respecter les consignes sanitaires.”

Rush au marché des Minguettes

Changement de décor, le lendemain, jeudi 14 mai, sur le plateau des Minguettes. Dès 9 heures, la file d’attente pour accéder au marché, rue Édouard-Herriot, est impressionnante. “On comptabilise 90 commerçants, dont une cinquantaine pour les seuls produits manufacturés, détaille Richard. Et j’ai la certitude qu’aujourd’hui il va y avoir du monde. Pour beaucoup d’habitants, se rendre à ce marché est à la fois un besoin et une sortie. En plus, ils y ont leur habitude. Le mauvais temps n’est pas une contrainte.”

Comme à l’accoutumée, le marché alimentaire fait le plein. “Ici les prix sont plus abordables qu’en grandes surfaces”, confirme Sylvain, un tout jeune retraité. Du côté des produits manufacturés, la clientèle est également au rendez-vous. En particulier vers les stands proposant tissus, vêtements pour enfants et fripes. Ça se bouscule un peu. La plupart des mamans portent le masque, mais les vieux réflexes reprennent le dessus et les distances de sécurité ne sont plus respectées. Les vendeurs s’égosillent en vain. Remettre un semblant d’ordre devient mission impossible. Ici, le slogan “le client est roi” prend tout son sens. Heureusement, ces mêmes clientes indisciplinées ont d’autres stands à visiter, ce qui permet de faire souffler vendeurs et agents de la ville.

Retour à l’entrée du marché, où un autre placier semble perplexe : “Il est 11h30, on doit fermer à midi et quart, mais regardez la file d’attente. Pour pouvoir entrer, les derniers en ont au moins pour 3/4 d’heure. Et quand on sait que le samedi, ce marché connaît de fortes affluences, il va falloir se pencher sur la question.”

File d’attente au marché des Minguettes

 

Trop de monde sur quelques stands aux Minguettes

 

Passage au gel hydroalcoolique au marché du Centre

2 pensées sur “Réouverture des marchés : tranquille au Centre, un peu moins aux Minguettes

  • 24 mai 2020 à 9 h 48 min
    Permalink

    Bonjour
    A ce niveaux de sécurité on peux ouvrir tout les marchés
    Cordialement

  • 14 mai 2020 à 19 h 54 min
    Permalink

    Pas simple aux Minguettes 😢. Pour moi demain c’est Charreard. Ça devrait bien se passer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *