Municipales et métropolitaines : réactions et analyses des candidats.

Michèle Picard (soutenue par le Parti communiste français, La France insoumise, le Parti socialiste, le Parti radical de gauche). Résultat au 1er tour : 28,38% Déclaration faite le 15 mars en fin de soirée.
« Avec cette crise sanitaire majeure, le taux de participation a bien sûr très fortement chuté. Au niveau national, l’abstention est estimée à 54,5% ce soir contre 36,4% lors du premier tour de 2014, soit environ 18 points ! Notre ville de Vénissieux suit cette tendance avec une participation d’environ 29%, contre 45% en 2014. L’épidémie de coronavirus n’explique pas tout. Le désarroi, le sentiment d’abandon et le ras-le-bol de bon nombre d’électeurs expliquent aussi, scrutin après scrutin, ce repli vers l’abstention. Je tiens à remercier les électeurs qui se sont portés sur notre liste « les Vénissians rassemblés pour une ville humaine, solidaire et citoyenne ». Ils nous ont fait confiance et ont créé une vraie dynamique, à conforter et renforcer lors du second tour. J’appelle ce soir toutes les forces de gauche, progressistes et citoyennes, à se mobiliser pour faire barrage à la droite macroniste et libérale d’Yves Blein, à la droite réactionnaire de Christophe Girard et au discours de haine et de rejet du Rassemblement National. J’appelle au rassemblement le plus large possible autour des valeurs de gauche pour garantir à chaque Vénissian la présence de services publics efficaces en termes de sécurité, de santé, de développement durable, d’éducation, d’accès à la culture et au sport pour tous. Enfin, pour les élections Métropolitaines, notre liste de gauche, forte de ses valeurs, arrive également en tête. Nous appelons là encore à une forte mobilisation pour conforter notre gauche, authentique et solidaire, sur la circonscription. »

Yves Blein (candidat soutenu par La République en marche et l’UDI). Résultat au 1er tour : 21,14% Propos recueillis le 17 mars.
« Bien entendu, notre liste pouvait espérer mieux que cette deuxième place, qui s’explique dans une grande mesure par la configuration inhabituelle pour les électeurs que constitue notre liste, une nouvelle offre politique, tout cela dans un contexte d’abstention massive. Michèle Picard est certes arrivée en tête en mobilisant son socle électoral, mais avec un nombre de voix très faible. Elle réalise un mauvais score pour un maire sortant. Notre résultat est un signal encourageant, il installe le match. Le délai de plusieurs mois entre les deux tours et la décantation qui suit le premier tour donne un « effet Primaires ». Ça se jouera entre Michèle Picard et moi, projet contre projet. Cela permettra aux uns et aux autres de clarifier leurs positions. Je ne cours pas après les ralliements, des accords vont se construire naturellement. Ainsi je pense que ceux qui ont envie de changement vont se rendre compte que le vote Girard est une impasse. »

Christophe Girard (soutenu par LR, Debout la France, le Parti Chrétien-Démocrate). Résultat au 1er tour : 14,33% Propos recueillis le 16 mars, avant la déclaration du président de la République.
« Ce scrutin s’est transformé en prime à la malhonnêteté. Le racolage auquel on a assisté s’est avéré payant, avec des électeurs sollicités chez eux le jour même du scrutin ou récupérés dans les Ehpad… Ceux qui ne l’ont pas fait ont été pénalisés. Le taux d’abstention à près de 72%, encore un record détenu par Vénissieux, a complètement transformé l’élection, en donnant une amplitude énorme à la moindre variation. Le maire sortant ne recueille que 2.000 voix, c’est un effondrement total. La fuite des électeurs effrayés par l’épidémie de Covid-19 ne traduit pas du tout le travail de terrain et de conviction réalisé ces derniers mois. En revanche, ce résultat traduit bien la gestion de crise catastrophique d’un gouvernement qui ne tient décidément pas la route, qui maintient le scrutin tout en faisant des annonces qui paniquent la population. Il aurait mieux fallu reporter les 2 tours. Le report probable du second tour rend prématurée toute annonce de ma part sur celui-ci. Ma liste sera présente au second tour. Toutefois, je peux vous dire que je ne m’associerai pas avec des gens malhonnêtes et sans convictions. Je veux servir cette ville, je ne le ferai jamais avec des malotrus. »

Sandrine Perrier (candidate soutenue par Europe écologie Les verts, Génération écologie). Résultat au 1er tour : 10,28% Propos recueillis le 16 mars.
« L’analyse du premier tour est compliquée car le scrutin a été complètement modifié par le contexte de pandémie. Nous sommes néanmoins satisfaits de notre résultat, obtenu après une campagne courte. En tous cas, nous sommes très fiers de notre équipe ! Nous mesurons le chemin parcouru. Notre score est certes moins élevé à Vénissieux qu’à Lyon ou que dans d’autres circonscriptions de la Métropole, mais passer la barre des 10% démontre que la prise de conscience écologiste progresse à Vénissieux également, contrairement aux dires de certains, et que l’écologie politique s’ancre sur notre territoire aussi. Sur la circonscription métropolitaine des Portes du sud, notre liste arrive même en 3ème position, confirmant le mouvement de fond observé dans le Grand Lyon. Pour le second tour, nous sommes en capacité de nous maintenir ou de fusionner dans de bonnes conditions avec une liste qui nous respectera ».

Damien Monchau (candidat Rassemblement national). Résultat au 1er tour : 10,13% Propos recueillis le 16 mars, avant la déclaration du président de la République.
« Je tiens dans un premier temps à remercier nos courageux électeurs qui, malgré la peur ambiante liée à la propagation du coronavirus, ont rempli leur devoir citoyen, en votant en la faveur des listes municipale et métropolitaine que je dirige. Mais force est de constater que notre électorat s’est fortement abstenu, préférant légitimement ne prendre aucun risque, suite aux messages contradictoires envoyés par le gouvernement, encourageant sans l’imposer (pour le moment) au confinement tout en demandant aux citoyens d’aller voter. Cet état de fait est d’ailleurs attesté par une étude de sondage IFOP affirmant que 55% des électeurs du RN se seraient abstenus de voter. Il est évident que ce premier tour n’aurait pas dû se tenir. Le gouvernement porte ici une lourde responsabilité. Tout comme il portera une lourde responsabilité face aux victimes de ce virus qui se propage, alors que les mesures de bon sens qui s’imposaient (telles la distribution massive de masques de protection, et le retour d’un contrôle de nos frontières pour empêcher l’entrée de personnes infectées sur note territoire) qui n’ont pas été prises, soit par incompétence, soit par dogmatisme. Il est de fait difficile de tirer des enseignements du scrutin de dimanche dernier. Je profiterai donc de cette réaction pour simplement souhaiter bon courage aux vénissians dans cette crise. »

Pascal Dureau. Résultat du 1er tour : 8,89% Propos recueillis le 18 mars
« Nous sommes un peu déçus, car nous aurions voulu passer la barre des 10%, mais j’estime que c’est un résultat remarquable dans le contexte que nous connaissons. Nous étions la seule liste à ne pas bénéficier du soutien d’une formation politique pouvant compter sur la discipline de vote de ses militants. Ce n’était pas notre cas, mais nous sommes tout de même passés d’un concept à une existence politique, ce qui est une étape importante. Nous prenons date pour l’avenir. Ne pouvant pas nous maintenir, nous nous fusionnerons avec une liste qui saura prendre en compte nos propositions. Ce que nous vivons actuellement va accélérer un profond changement de société. Il y aura un avant et un après Covid-19. Tout le monde vois bien que c’est une erreur de tout faire fabriquer en Chine et que d’autres organisations du travail sont possibles et fiables, avec moins de déplacements et des solidarités plus locales. Ces évolutions nous donnent raison : on ne s’en sortira que par la solidarité. »

Marie-Christine Seemann (candidate Force ouvrière) Résultat au 1er tour : 1,71% Communiqué de presse envoyé le 17 mars.
« En votant pour notre liste Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs, les électrices et les électeurs du monde du travail ont pu exprimer leur rejet des partis au gouvernement et des partis d’opposition. Ils ont en commun de préserver l’ordre social et gouverner au profit de la classe privilégiée. Ce vote témoigne de la présence d’un courant politique qui conteste la dictature du grand capital et est convaincu qu’il est nécessaire de la renverser. Ce courant reste modeste, mais sa présence est un gage pour la renaissance d’un mouvement ouvrier révolutionnaire. L’épidémie de coronavirus met en lumière les ravages de l’organisation capitaliste de la société. En France, comme ailleurs, la course à la rentabilité et aux économies affaiblit depuis de longues années le système hospitalier au point de l’asphyxier. Il ne peut plus faire face à ses tâches ordinaires et, à plus forte raison, à l’imprévu. Le gouvernement réduit les activités sociales et éducatives. Mais certaines usines ont continué à tourner, au mépris de la santé des salariés. On produisait des voitures alors qu’on manque de masques, de gel hydro-alcoolique, respirateurs ! La crise boursière actuelle est une menace plus grave encore que le coronavirus. Elle est l’expression de la faillite du système capitaliste. Alors pour combattre ce système malade et criminel, ce ne sont pas les élections mais l’irruption des exploités sur la scène politique avec leur propre parti qui peut offrir des perspectives d’avenir. »

Une pensée sur “Municipales et métropolitaines : réactions et analyses des candidats.

  • 16 mars 2020 à 17 h 30 min
    Permalink

    Bonjour, de qui parle Mr Girard ? Qu il ait un peu plus le courage de ses opinions car la on peut tout supposer….Pendznt ce temps il n affronte pas les vrais problèmes…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *