Sortie nationale au cinéma Gérard-Philipe : un « Vaurien » qui vaut beaucoup

Redouane avait tout pour réussir. Qu’est-ce qui a alors poussé ce grand gaillard bardé de diplômes à braquer une agence Pôle emploi et retenir en otages les usagers et le personnel ? Son nom maghrébin et son adresse, située dans un quartier périphérique d’une grande ville, qui lui valent une discrimination blessante. Désespéré, Redouane n’a trouvé que cette idée de prise d’otages pour mettre sur le devant de la scène cet apartheid déguisé.

Vaurien, le long-métrage du réalisateur et acteur vénissian Mehdi Senoussi, tourné à Vénissieux en 2016, reflète une réalité sociale insupportable. Sous la forme d’un polar — car le sujet emprunte aussi les voies plaisantes d’un récit policier —, le jeune cinéaste signe un film sensible et intelligent, d’où l’humour n’est jamais absent.

Mehdi a aussi le talent de savoir s’entourer. Dès l’une de ses premières réalisations, le savoureux Fonce Ruppert, on reconnaissait Zinédine Zidane en guest star. Pour Vaurien, dans sa nombreuse équipe composée tout à la fois de Vénissians et de Parisiens, on retrouve côté technique Akim Sakref et Haris Cheguettine, deux amis de la première heure, mais aussi devant la caméra Romane Bohringer, Pascal Elbé, Carlo Brandt et une série de visages bien connus : Moussa Maaskri, Lizzie Brocheré, Jeanne Ruff, Steve Tran, Jean-Michel Fête, Francis Renaud, Karina Testa…

Qu’ils incarnent des employés du Pôle emploi ou des personnes à la recherche d’un boulot, chacun a son importance, une scène qui le mettra en valeur et aucun rôle n’est sacrifié. Mehdi, qui a lui-même été acteur dans des films de Marion Hänsel (La Tendresse), Philippe Faucon (Fatima) et Abd al Malik (Qu’Allah bénisse la France), connaît la frustration de ne pas pouvoir donner à un personnage toute sa chance d’exister à l’écran. Ce cadeau qu’il offre à ses comédiens est l’un des nombreux atouts de Vaurien. Mehdi a également choisi d’incarner Redouane, ce personnage qu’il porte depuis de nombreuses années et qui fut le héros d’un court-métrage avant Vaurien.

Film maîtrisé, Vaurien a pourtant mis du temps à sortir dans les salles, par manque de moyens. C’est aujourd’hui chose faite grâce à Color Dreams Productions qui, associées à K2 Productions et Destiny Films et avec l’aide d’Auvergne Rhône-Alpes Cinéma, mettent à l’affiche cette production le 19 septembre. Entre-temps, Vaurien a été sélectionné au festival du film francophone d’Angoulême, où il a été projeté le 23 août dans le cadre des séances spéciales Les Audacieux.

Producteur de Color Dreams, Robert-Étienne Mendouga explique pourquoi il a apprécié Vaurien au point de s’investir dans la sortie en salles : « Le film évite les écueils, comme le clivage ethnique ou le clivage social, et il parle à tout le monde. Derrière le récit policier, c’est un vrai sujet politique, un beau message sur le vivre ensemble qui montre son indignation. Le héros est tout sauf un bad boy ! »

Vaurien : sortie nationalement et à Gérard-Philipe le 19 septembre. Ce jour-là, à 20h30, un débat suivra le film en présence de Mehdi Senoussi. Qui sera également présent à Gérard-Philipe à l’issue de la projection du 25 septembre à 14h30.
Renseignements : 04 78 70 40 47.

Autre débat en présence de Mehdi Senoussi, le 28 septembre à 20 heures aux Alizés (Bron), dans le cadre de la Quinzaine de la non-violence, en partenariat avec le MAN.
Renseignements : 04 78 41 05 55.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *