Avec l’escalator de la gare de Vénissieux, seule la colère monte

L’escalier mécanique principal de la gare de Vénissieux est à l’arrêt depuis juin. Après des mois de pannes intermittentes. Terminus de la ligne D du métro lyonnais et plate-forme multimodale (bus, train et tram), elle compte 24.000 entrées et sorties par jour. Les usagers doivent, soit faire le tour de la gare s’ils sortent au niveau intermédiaire, soit gravir la quarantaine de marches depuis la « mezzanine » jusqu’au niveau de la rue. Pas dramatique lorsque l’on est en forme : « Ça fait un peu d’exercice » lâche un jeune homme qui avale les degrés deux par deux malgré un énorme sac de sport.

Ras-le-bol
C’est plus casse-pied lorsque l’âge, la santé ou la canicule rendent la montée pénible. « Après 12 heures de boulot à l’hôpital, ça me rend dingue de devoir monter encore ces escaliers, confie Mélanie. C’est sûr que si c’était à Bellecour ça serait déjà réparé depuis longtemps ! » Anissa termine l’ascension en s’aidant de la rambarde. « Il y en a marre, concède la quinquagénaire. Je vais au travail, je n’ai pas le temps d’attendre l’ascenseur, qui est super lent et complet dès qu’il y a deux poussettes dedans. Déjà qu’il n’y a pas de tram en ce moment, c’est la course et j’arrive en nage au boulot ! » Jordan, qui prend le métro plusieurs fois par jour pour son métier, essaye d’être compréhensif mais sa patience a des limites : « Une panne, ça peut arriver, et que les boîtes tournent au ralenti pendant l’été, OK, mais que ça soit si long à réparer, il faut pas exagérer, c’est du foutage de g. ! »

Mauvais traitement
« Quelle honte ! On sait aller sur la Lune et explorer le fond de la mer mais on n’est pas fichus de réparer un escalator ? » Moeze Karimjee est furibard. Il en est à sa 3ème lettre aux TCL, pas piquées des hannetons, où les mots « amateurs » et « incompétents » sont écrits en majuscules rageuses… « Vraiment, quand je vois les personnes âgées mettre un quart d’heure pour monter par l’escalier, j’ai honte ! » Devant la viennoiserie, Charles aussi rouspète. « S’il y avait le même problème à Foch ou Masséna, combien vous pariez qu’ils n’attendraient pas trois mois pour réparer ? Mais pour les gens de Vénissieux, ça va, on peut faire attendre ! » Derrière le comptoir, le commerçant hoche la tête, fataliste. « Nous on le sait, qu’on n’est pas traités pareil, mais on n’aime pas le dire »

« Aucun dérangement »
Mais pourquoi donc cette panne interminable ? « Problème technique » se contente d’indiquer l’affichette TCL Travaux apposée en bas de l’escalator. Datée du 28 juillet, elle indique que la remise en service est prévue pour le 16 août. Fin août, non seulement « l’équipement » ne fonctionne toujours pas, mais aucune équipe de maintenance n’intervient dessus. La même affichette conseille de consulter la disponibilité des escaliers mécaniques du métro « avant d’effectuer un déplacement », soit sur Internet (http://acces.tcl.fr), soit par téléphone (Allo TCL, 04 26 10 12 12). Pas de chance, quand on a tenté le coup, le 21 août, l’onglet Alerte Accessibilité du site affiche « informations indisponibles », tandis que selon la boite vocale d’Allo TCL « il n’y a aucun dérangement » sur le réseau. Un second appel permet d’avoir un opérateur en chair et en os, qui prend note du problème, sans pouvoir l’expliquer. « Je vais informer mon responsable et les services techniques, nous allons actualiser l’information affichée en gare ». Sauvés.

Interrogé sur les causes de l’incident et la durée des travaux, le Sytral (qui organise les transports en commun de la Métropole) explique que « le démarrage des travaux prend du temps car les délais d’approvisionnement des pièces défaillantes sont très longs chez les fournisseurs pour ces équipements qui datent de plus de 25 ans ». Explication confirmée par le gérant de la viennoiserie, qui a recueilli les confidences des ouvriers de la société Schindler chargée de la maintenance. « Elles viennent de la planète Mars, leurs pièces ? Persifle Moeze. Heureusement qu’ils ne réparent pas des avions ! »

« Non, les pièces à remplacer ne viennent pas de Mars, répond-on chez Kéolis Lyon, qui gère le réseau TCL, mais de plusieurs fournisseurs différents, et c’est vrai que l’âge de l’escalier mécanique ne facilite pas les choses. Nous sommes navrés pour le dérangement, surtout dans une gare aussi fréquentée ». L’opérateur assure que « les travaux reprendront dès que possible » mais se garde bien de donner une date, cette fois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *