Football : décès de l’ancien international Stéphane Paille, passé par l’OL et l’AS Minguettes

Il a de nouveau fait la Une de la presse spécialisée, aujourd’hui. On aurait préféré que ce soit pour d’autres raisons : Stéphane Paille est décédé, mardi 27 juin, à l’hôpital de la Croix-Rousse, le jour de ses 52 ans, des suites d’une “maladie foudroyante”.

Ancien attaquant de l’OL (en 1994), de Sochaux, Montpellier, Bordeaux, Caen, du Servette de Genève et de Porto, il a porté le maillot de l’équipe de France à huit reprises. En 1988, aux côtés de son collègue et ami Éric Cantona, il avait conquis le titre de champion d’Europe Espoirs. Il avait alors été désigné “meilleur joueur français”, même si son goût pour la fête était connu de tous.

Une fois les crampons raccrochés, Stéphane Paille ne s’était pas éloigné des terrains, devenant entraîneur à Besançon, au RC Paris, à Angers, Cannes, Evian-Thonon, à l’AS Minguettes-Vénissieux et à Béjaia en Algérie. À la demande de Zinedine Zidane, qu’il avait rencontré à Bordeaux, Stéphane Paille avait également travaillé pour le Real Madrid, en qualité de recruteur.

Coach de AS Minguettes

Stéphane Paille a été l’entraîneur de l’AS Minguettes, en 2014-2015, arrivé en cours de saison pour empêcher l’équipe fanion de descendre en division d’Honneur. Avec la saison mémorable réussie par le coach Karim Mokeddem (8e de finale de la coupe de France), celle qu’il a réalisée reste comme l’une des plus brillantes du club, même si son équipe ne parviendra pas à se maintenir en CFA2. Les dirigeants des équipes adverses n’en revenaient pas : la vision, le style et la qualité de jeu affichés alors par les Vénissians forçaient l’admiration. Incontestablement, “coach” Paille avait réussi à rendre le jeu de l’ASM, attractif, plaisant et efficace.

Les dirigeants actuels de l’AS Minguettes ont été “sonnés” par la nouvelle. “Stéphane était quelqu’un d’attachant qui respirait le foot, a par exemple commenté Alain Réale, ancien président. Pour José Inzerillo, qui était responsable administratif du club, c’est incontestablement “ la perte d’un homme d’une rare sensibilité, doté d’une analyse pertinente, d’un passionné de football qui est devenu mon ami. Cette disparition me remplit d’une grande tristesse.” Pour Alim Ben Mabrouk, également entraîneur de l’ASM pendant une saison, c’est une grande perte : “Repose en paix mon ami”.

La rédaction d’Expressions présente ses sincères condoléances à sa famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *