Annulation des municipales : pour Christophe Girard, Michèle Picard “méprise la justice”

Le Conseil d’État devrait se prononcer dans les prochains jours sur l’annulation des élections municipales de mars 2014 — ce qui a entraîné l’annulation du conseil municipal de ce lundi. En attendant, les personnalités politiques de la ville s’organisent et communiquent auprès des habitants. La semaine dernière, le maire de Vénissieux, Michèle Picard, a diffusé une lettre aux Vénissians et organisé une conférence de presse pour dénoncer une décision qu’elle estime “profondément injuste”. Son principal opposant, Christophe Girard (conseiller municipal et communautaire, leader de la droite à Vénissieux), lui a répondu par un communiqué de presse.

“Le jugement n’est toujours pas rendu et Michèle Picard se dépêche de faire, pendant qu’elle est encore maire, une communication quasi-électorale dans toutes les boîtes aux lettres de la ville. Un moyen sans doute — sous réserve de vérification — de le faire une ultime fois aux frais des Vénissians.

“Mme Picard méprise la justice et la démocratie. Si comme elle l’écrit dans le titre même de sa lettre, le vote des Vénissians est “bafoué”, cela revient à dire qu’il est bafoué par une décision de justice du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française !

“Par ruse démagogique, elle fait mine de ne toujours pas comprendre que le rapporteur public déclare l’élection globalement faussée et qu’à ce titre, c’est toute l’élection qui est remise en cause. Elle revendique donc sa “victoire” au nom d’une élection pipée. En ne reconnaissant pas l’avis de la justice, elle regrette que les principes de la démocratie soient respectés dans notre pays. Une attitude bien peu cohérente et digne d’un élu de la république. (…)

« Par ailleurs, il est regrettable que Mme Picard et ses soutiens continuent à créer un climat délétère en jouant sur les amalgames. [Michèle Picard] m’a laissé bien seul dans mon combat [contre les faits reprochés à Yvan Benedetti]. Pire elle est allée jusqu’à relativiser les manœuvres pour sauver sa place. On ne triche pas avec le suffrage universel, tel a été mon combat dans cette affaire, pas le sien. Mme Picard apprendra bien vite que l’on ne triche pas non plus avec les Vénissians.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *