Un policier municipal de Vénissieux meurt dans une course-poursuite

Il était environ 23 heures, mercredi, quand une voiture de la police municipale de Vénissieux a violemment percuté un bus TCL, à Saint-Priest, sur la route de Lyon. Le conducteur, un jeune agent d’une trentaine d’années est décédé. Son collègue chef de bord a été gravement blessé, mais son pronostic vital n’est pas engagé.

D’après les premiers éléments de l’enquête fournis par la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), “l’équipage effectuait le suivi d’une voiture Renault Mégane (déclarée volée depuis l’été 2013) qui refusait d’obtempérer et circulait à vive allure sur la voie de bus”.
Le maire de Vénissieux, Michèle Picard, qui s’est rendue sur les lieux de l’accident dans la nuit, a donné quelques précisions ce matin lors d’une conférence de presse. “Il semble que ce véhicule volé ait percuté la voiture de police, la propulsant contre un bus circulant en sens inverse, a-t-elle expliqué, très émue. La collision a été frontale et d’une extrême violence”. Michèle Picard espère que “le ou les conducteurs du véhicule abandonné à proximité seront retrouvés et répondront de leurs actes”. Elle “condamne fermement ces agissements qui mettent en danger des vies, celles des habitants, celles des professionnels et en particulier ceux dont les missions sont de protéger et de secourir la population”.

“La ville de Vénissieux est meurtrie”, a ajouté le maire, qui organise un moment de solidarité et de recueillement ce jeudi à 14 heures, à l’hôtel de ville. Les drapeaux de la mairie ont été mis en berne pour la journée.
Le préfet Jean-François Carenco a également fait part de sa « profonde émotion » et rendu hommage au policier tué, en rappelant que « les représentants des forces de l’ordre, policiers nationaux, municipaux, gendarmes et pompiers prennent tous les jours des risques pour assurer la sécurité de tous.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *