En place pour le nouveau conseil municipal d’enfants

_DSC6717
Un des jeunes candidats élus

 

Selon le règlement, il s’agit obligatoirement d’un garçon et d’une fille, élève soit de CM1 soit de CM2. Ils vont maintenant se retrouver durant toute une journée à Champagneux pour faire connaissance, et commencer à organiser leur travail, avant la séance plénière du Conseil municipal d’enfants le 20 novembre à l’hôtel de ville.

Parmi ces jeunes élus, nous sommes partis à la rencontre d’Alex Garneret (9 ans) en CM1 à Ernest-Renan, et de Salim Boudib (10 ans) en CM2 à Saint-Exupéry. Dans la famille Garneret, on connaissait déjà Mathieu, élu en 2012 au premier CME. Voici Alex, la petite sœur qui aime la lecture, la danse classique et les arts plastiques. Si elle s’est présentée, explique-t-elle, c’est qu’elle a été motivée par l’expérience de son frère. « Je l’ai vu siéger dans la salle du conseil municipal, avec son écharpe. Et j’ai trouvé intéressant ce qui se passait au CME. Il m’a un peu aidée pour faire l’affiche.” Programme électoral d’Alex : “Organiser un tournoi de foot, davantage de jeux en récréation et création d’un self au lieu de la cantine.” À la proclamation des résultats, dit-elle, “j’ai été surprise et heureuse ! Les premiers jours, même, je n’arrivais pas à le croire. Mes parents étaient contents, mon frère aussi. Mais c’est une responsabilité d’être élue.” Elle attend maintenant avec impatience la rencontre de tous les autres enfants à Champagneux. Elle y retrouvera Jules, un de ses meilleurs amis, élu à La Xavière.

Au groupe scolaire Saint-Exupéry, voilà Salim Boudib. Un petit garçon qui a pratiqué le taekwondo, mais qui aime surtout jouer avec ses copains et aller chercher des livres à la médiathèque. « J’adore les romans, j’aime bien bouquiner le soir. Ça va vous surprendre mais je n’aime pas les jeux vidéos.”
“Dès que j’ai voté pour le CME, en 2012, j’ai eu envie de me présenter, précise Salim. Mais j’étais en C2, j’étais trop jeune. Mon programme électoral a porté sur la création de grands casiers, comme au collège, l’organisation de concours entre écoles, et l’apprentissage d’une autre langue. Tout le monde fait de l’anglais, moi je préfère l’espagnol. »

Dans la cour, Salim n’a pas mené campagne. “J’avais envie d’être élu, bien sûr, parce que je veux me battre pour des idées. Mais je suis parti du principe que si mon programme intéressait les autres, ils voteraient pour moi.” Gagné ! Le jeune élu voudrait maintenant intégrer la commission Ecoles et Loisirs “parce qu’il y a beaucoup à faire”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *