Danse : la Biennale fait ses pointes dans toute l’agglo

 

3.Tetes a tetes-c-Charlotte Sampermans
« Têtes à têtes » au Théâtre de Vénissieux (Photo : Charlotte Sampermans)

Après cette puissante entrée en matière que fut le défilé dans les rues de Lyon, ce 14 septembre, la Biennale de la danse va pouvoir démarrer. Jusqu’au 30 septembre, près d’une quarantaine de spectacles sont programmés dans la plupart des théâtres de l’agglomération, mélangeant tous les genres et portés par les plus grands noms de la danse.

Citons pêle-mêle James Thierrée au TNP de Villeurbanne (10-22 septembre), où lui succéderont Maguy Marin (24-27 septembre) et William Forsythe (28-29 septembre). Rocio Molina et son formidable flamenco investira le Radiant-Bellevue de Caluire (21-22 septembre). Jan Fabre le scandaleux se partagera applaudissements et contestations aux Célestins (21 septembre). La  Maison de la danse reçoit la flamboyante Dada Masilo en Carmen (20-25 septembre) avant Benjamin Millepied (29 septembre-4 octobre). Mourad Merzouki sera à l’amphithéâtre de la Cité internationale (20-21 septembre), Kader Attou au Toboggan de Décines (12-17 septembre), suivi par Ambra Senatore (27-28 septembre). Signalons enfin le Ballet de l’Opéra de Lyon dans sa maison-mère (10-13 septembre). La programmation de cette Biennale est si riche qu’on ne peut la citer dans son intégralité.

Le Théâtre de Vénissieux accueille pour sa part, le 27 septembre à 15 heures, un spectacle jeune public -dès 5 ans- de Maria Clara Villa-Lobos, « Têtes à têtes » que le programme nous vante comme « un univers délirant aux couleurs d’un dessin ». Des séances scolaires auront lieu les 25 et 26 septembre à 10 heures et 14h30.
Puis, le 30 septembre à 20h30, « Bataille » par les compagnies Dernière minute et Onstap illustrera comment un chorégraphe-acrobate, Pierre Rigal, fait s’affronter Hassan Razak, spécialiste de la percussion corporelle, et Pierre Cartonnet, un comédien remarqué cet été dans le « Lucrèce Borgia » monté à Grignan avec Béatrice Dalle. Un duo-duel qui frappe fort, nous promet-on, où le rire n’est jamais loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *