Sillia : la CGT inquiète, la direction demande “du temps”

Le repreneur de l’usine de production de panneaux photovoltaïques de Bosch à Vénissieux, Sillia Énergie, connaît-il une rentrée difficile ? C’est ce que craint l’Union locale CGT, qui organisait cette semaine un point presse dans ses locaux.

“Les dirigeants de Sillia ont déjà mis en place des journées de chômage partiel, assure François Marquès, secrétaire général de l’UL. Ils n’ont pas vendu, mais ont stocké énormément. Quant à la trésorerie laissée par Bosch pour aider à la production de l’année, elle a déjà été entièrement utilisée. Il y a de quoi s’inquiéter.”

“Nous avons connu des incidents d’approvisionnement, explique Michel Jouan, directeur général de Sillia Énergie, qui s’est installée dans l’usine en juin. Des fournisseurs ne nous ont pas livrés à temps. Cela explique les journées de chômage partiel que nous avons dû mettre en place. C’est un événement dommageable, certes, mais qui se produit parfois dans le monde de l’industrie. Quant au stock qui s’accumule, je rappelle que nous ne produisons que sur commande. Ce qui est produit est donc vendu. Mais on ne maîtrise pas toujours les livraisons : certains panneaux achevés en septembre/octobre, peuvent ne devoir être livrés aux clients, à leur demande, qu’en novembre/décembre. Le défi Sillia Énergie est tout neuf : qu’on nous laisse le temps de tout mettre en place.”

Du côté de l’emploi, si 123 personnes ont bien été embauchées par Sillia, la situation est en tout cas bloquée pour onze anciens délégués du personnel (quatre CGT, six CFDT et un FO). Leur transfert de Bosch France vers le repreneur a en effet été invalidé par l’inspection du travail, qui a relevé un vice de forme. “C’est un sacré imbroglio, commente François Marquès. Nous ne savons pas s’ils pourront retrouver leur emploi, ou s’ils vont être au chômage. Pour l’instant, ils sont toujours salariés de Bosch France, en absence autorisée. C’est une situation ubuesque. Nous restons vigilants.”

Tous ces sujets feront l’objet d’une rencontre, le 24 septembre, entre les salariés et le directeur de Bosch France, Guy Maugis. Celui-ci se rendra dans l’usine voisine de Rexroth. Qui, comme la production d’éléments pour moteurs diesel, appartient toujours au géant allemand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *