La zone bleue reprend des couleurs

zone bleue

Dans le centre-ville de Vénissieux, la zone bleue évolue le 1er septembre. Son périmètre s’étend de quelques rues, et des Agents de surveillance de la voie publique (ASVP) contrôleront sa bonne application, entre autres missions.

Le centre-ville de Vénissieux, en zone bleue ? Officiellement, il l’était depuis 2004. Officieusement… les automobilistes avaient perdu l’habitude de placer le petit disque derrière le pare-brise, tant les verbalisations étaient devenues rares. Une habitude qu’il faut vite reprendre.
Car, en cette rentrée de septembre 2014, non seulement la zone bleue est réactivée mais elle est étendue. Sont désormais concerné(e)s les rues Jean-Macé, Gambetta, Paul-Bert (entre la place Léon-Sublet et les rues Victor-Hugo/Jules-Ferry), Jules-Ferry ; l’avenue Jean-Jaurès (de la place Léon-Sublet à l’avenue Marcel-Paul) ; le boulevard Laurent-Gérin (entre la place Léon-Sublet et la rue Émile-Zola) ; les places Léon-Sublet et Henri-Barbusse ; ainsi que le parking du Vieux Bourg et celui situé entre les rues Gaspard-Picard et Marcel-Paul. Le stationnement y est autorisé pendant 1 h 30, du lundi au samedi entre 8 heures et 19 heures. Il est libre les dimanches, les jours fériés et durant le mois d’août.

Pour stationner dans ces rues sans risque d’être verbalisé, il faudra donc placer derrière son pare-brise le disque européen de stationnement —et exclusivement celui-ci, qui précise uniquement l’heure d’arrivée. Ces disques sont notamment en vente dans certains commerces. La Ville en diffusera également, à récupérer gratuitement à la DUPS (direction unique Prévention Sécurité : 1, rue Jean-Macé) ou à la direction Cadre de vie (à l’hôtel de ville). La non-apposition de ce disque européen ou le dépassement du temps réglementaire sera sanctionné d’une amende de 17 euros.

“Cette évolution de la zone bleue a fait l’objet de discussions avec les habitants et les commerçants du centre-ville, explique Michèle Picard, le maire de Vénissieux. Ce dispositif permet de dynamiser les commerces, puisque les clients peuvent espérer trouver une place de stationnement à proximité de l’enseigne qu’ils souhaitent visiter. Mais ce n’est pas notre seul axe de réflexion concernant le commerce à Vénissieux. Nous travaillons également avec le Grand Lyon et la Chambre de commerce, pour faire venir de nouvelles enseignes.
“La zone bleue fonctionne jusqu’à 19 heures. Les habitants pourront donc, à leur retour du travail, stationner sans contrainte. Ils peuvent également garer leurs voitures sur l’une des nombreuses places qui ne se trouvent pas en zone bleue.”
Le centre-ville  compte quelque 1 339 places de stationnement, dont 359 sont en zone bleue. Hors zone réglementée, citons notamment les parkings de la médiathèque, de l’hôtel de ville et celui qui lui fait face rue Gambetta, ou la rue Marcel-Paul en face de l’hypermarché Casino.

Les ASVP chargés du respect de la zone bleue
Pourquoi, ces derniers mois, la réglementation a-t-elle été moins appliquée ? “À effectif constant, la police municipale a fait face à de nouvelles missions, notamment liées à la sécurité, rappelle le maire. Équipe de nuit, fermeture des parcs et des squares, lutte contre le marché parallèle aux Minguettes, travail avec les partenaires… Tout ceci a fait qu’il pouvait être difficile pour les agents de s’occuper aussi de la verbalisation du stationnement en zone bleue.”

Une nouvelle brigade au sein de la Police municipale a donc été créée. Entrant véritablement en action en septembre, les Agents de surveillance de la voie publique (ASVP) ont pour mission de verbaliser le non-respect de la zone bleue. Mais pas seulement. Ils constateront et verbaliseront aussi, dans tous les quartiers, les infractions suivantes : arrêts ou stationnement interdits des véhicules, arrêts ou stationnements gênants ou abusifs, défaut d’apposition du certificat d’assurance, bruits de voisinage et nuisances sonores, infractions au code de l’urbanisme. “La brigade ASVP est également chargée de la sécurisation des groupes scolaires aux heures d’entrée et de sortie des écoliers, précise encore Michèle Picard. Elle devra par ailleurs faire de la prévention, expliquer dans un premier temps les nouvelles règles de la zone bleue dans les rues concernées, et faire de la pédagogie.”

Notons encore que dès la fin du mois de septembre, les automobilistes verbalisés pour non-respect de la zone bleue le seront via un procès-verbal électronique (PVE). Traité directement par le Centre national de traitement des contraventions de Rennes, il remplace le timbre-amende manuscrit. Un avis de contravention est ainsi directement envoyé au domicile du contrevenant, qui en aura été averti par un papillon apposé sur le pare-brise du véhicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *