Gare aux champignons dont l’identification n’est pas certaine

Entre le 1er juillet et le 6 octobre, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a répertorié 546 cas d’intoxication par des champignons, dont 1 cas grave chez un enfant de 18 mois ayant nécessité une greffe hépatique. Du fait des conditions météorologiques pluvieuses, les cas enregistrés par le réseau des Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) sont en forte augmentation : on est passés de 25 cas dans la semaine du 9 au 15 septembre à 177 du 30 septembre au 6 octobre. Un pic plus précoce qu’en 2012.Dans la majorité des cas, ces intoxications sont la conséquence d’une confusion avec d’autres champignons comestibles, certaines personnes pratiquant la cueillette sans chercher à identifier les champignons et sans connaître les risques liés à leur consommation.
Les conséquences sur la santé peuvent être très graves : troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe ou même mortelles.
La direction générale de la Santé (DGS) et l’InVS mettent donc en garde les amateurs de cueillette des champignons :
– ne ramassez que ceux que vous connaissez parfaitement : certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;
– au moindre doute, ne consommez pas la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière (les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie peuvent être consultés) ;
– cueillez uniquement les spécimens en bon état et prélevez la totalité du champignon (pied et chapeau) afin de permettre l’identification si nécessaire.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes, tels que notamment diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc. à la suite d’une consommation de champignons de cueillette :
–  appelez immédiatement un Centre antipoison ou le Centre 15 car l’état de la personne intoxiquée peut s’aggraver rapidement ;
–  notez les heures du ou des derniers repas et l’heure de survenue des premiers symptômes ;
–  conservez les restes de la cueillette pour identification.

Société Française de Mycologie : http://www.mycofrance.org
CAPTV : http://www.centres-antipoison.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *