Le Grand stade de l’OL, pourvoyeur d’emplois

5 % des heures travaillées. C’est la part d’insertion sociale que l’Olympique lyonnais s’est engagé à imposer à Vinci, le géant du BTP, pour la construction de son Grand stade, à Décines. Celui-ci doit être opérationnel au cours du premier semestre 2015.
Une fois la phase de terrassement achevée, début mars, les recrutements devraient commencer, principalement dans le gros œuvre et les métiers annexes au secteur du bâtiment. Les équipes du PLIE Uni-Est, chargés de ce plan ambitieux, recherchent donc des maçons, plâtriers, charpentiers, plombiers, électriciens… même avec peu d’expérience, à condition que le candidat soit motivé. Suivront ensuite des besoins en isolation, menuiserie, installations électriques, sols…
“La volonté de Vinci est de favoriser les parcours longs, les contrats professionnels, l’apprentissage, détaille Alice de Malliard, du PLIE Uni-Est. Je suis en relation directe avec les entreprises partenaires de Vinci. Celles-ci me communiquent leurs besoins. Je les fais remonter aux 300 structures de l’agglomération partenaires de l’opération, lesquelles ont déjà commencé à repérer des personnes employables. J’organise ensuite la rencontre entre les candidats et les entreprises. Au total, la construction du Grand stade doit générer entre 1500 et 1800 emplois !”
À Vénissieux, la Mission économie de la ville et le Pôle emploi sont partenaires. “Au total, nous devrions arriver à environ 5 000 candidatures. C’est un minimum que nous aimerions dépasser. Nous voulons toucher un public qui n’est pas forcément inscrit dans ces structures. Et pas seulement des jeunes : les candidatures sont ouvertes à tous les âges, à toute l’agglomération lyonnaise. Il est par ailleurs tout à fait possible de m’envoyer une candidature spontanée : elle sera étudiée et recevra une réponse.”
Est-ce pour l’OL une manière de couper l’herbe sous le pied des détracteurs du Grand Stade ? On se rappelle en effet que le dossier a rencontré de nombreuses difficultés : opposition d’élus locaux, craintes pour l’environnement, la qualité de vie des riverains, utilisation de fonds publics pour servir des intérêts privés… Alice de Malliard ne rentre pas dans la polémique : “C’est un projet d’agglomération avant tout et il doit profiter à tout le monde. Les trois financeurs de ce projet d’insertion que sont l’OL, le Grand Lyon et l’État, entendent poursuivre cet effort lors de la mise en service du stade. Dès les premiers coups de pelles, nous avons reçu de nombreuses candidatures spontanées, dont beaucoup venaient de Décines et ses environs. C’est la preuve qu’au-delà de certaines réticences, travailler pour la construction du futur Stade des Lumières, constitue pour beaucoup un plaisir.”
Un plaisir peut-être, une nécessité sans doute, dans un département où le nombre de chômeurs a augmenté de 11,3 % en un an.

Pour se porter candidat :
PLIE Uni-Est : alice.demalliard@uni-est.org
Mission économie de Vénissieux : 04 72 51 42 40

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *