Occupation : quand Lyon tenait tête à Vichy

Ce vendredi 13 avril à 17h30, est inaugurée à la médiathèque Lucie-Aubrac de Vénissieux une exposition sur “Les juifs de France dans la Shoah”. Très pédagogiques, ces trente panneaux accompagnent la sortie du livre de Valérie Perthuis, “Lyon contre Vichy”, consacré au sauvetage des enfants juifs du camp de Vénissieux en 1942. Jean Lévy fera une visite commentée de l’exposition et Valérie Perthuis donnera une petite conférence sur le camp de Vénissieux.

Écoutez-le parler et vous comprendrez vite : on lit dans son regard, on décèle dans sa voix qui veut tout vous raconter la passion dévorante qui anime Jean Lévy. Avec l’association Fils et filles de déportés juifs de France, il s’est fait l’interlocuteur entre la médiathèque Lucie-Aubrac et le Mémorial de la Shoah pour la grande exposition “Les juifs de France dans la Shoah”, présentée à la médiathèque jusqu’au 26 avril.
Très pédagogiques, ces trente panneaux accompagnent la sortie du livre de Valérie Perthuis, “Lyon contre Vichy”, consacré au sauvetage des enfants juifs du camp de Vénissieux en 1942.
“Cette exposition explique aux jeunes générations ce qu’a été l’idéologie nazie et comment elle s’est mise en œuvre. Elle est simple, concise et très explicative.”
Jean Lévy rappelle les deux missions de cette manifestation : “Rappeler la mémoire de toutes les victimes de Vichy et du IIIe Reich et transmettre aux jeunes ce qui s’est passé pendant la seconde guerre mondiale.”
Lui-même se bat aux côtés de Serge Klarsfeld depuis une trentaine d’années pour retrouver le nom de ces victimes. “On ne peut pas donner que des chiffres. Il faut des noms et des visages.” Il cite l’exemple des fusillés du Mont Valérien : “C’est un travail de fond qui a duré des années. Aujourd’hui, on a une idée de la liste des victimes.”
Jean Lévy s’est plus particulièrement intéressé au sort des enfants juifs et tsiganes. Il pense que la liste est aujourd’hui complète : “11 400 enfants juifs de France ont été exterminés, la plupart nés en France. Pour eux, on a créé des albums : 4 000 photos sont répertoriées dans dix albums. C’est un travail lancé il y a une quinzaine d’années. Cela a permis de poser des plaques dans les établissements où ils étaient scolarisés. Les profs peuvent se pencher sur ces documents, points de départ concrets pour une étude sur le nazisme.”

Ce travail de fond continue aujourd’hui. “Un nouveau mémorial de la déportation des juifs de France vient de sortir. Le premier est paru en 1978. il comportait les noms de 80000 victimes dont 76000 déportés. Sur ces déportés, seulement 2400 reviendront. Il faut aussi ajouter les 3000 morts de misère physiologique dans les camps de Vichy et le millier qui a été exécuté sommairement. Dont 250 par Barbie en 1944, prisonniers à Montluc et exterminés dans des lieux que nous commémorons régulièrement : Saint-Genis-Laval, Bron, etc.”
Jean Lévy insiste sur l’importance de connaître tout cela : “C’est l’histoire de la République française et pas d’une communauté.” Parler de l’occupation remue des souvenirs douloureux. “J’avais 6 ans en 1939, 12 à la fin de la guerre. Je me suis toujours dit que, si je m’en sortais, je me consacrerais à cette cause. Le retour de Barbie en France a été un déclic. Le couple Klarsfeld l’a traqué pendant douze ans. C’est le changement de régime en Bolivie, passée à la démocratie, qui a permis d’expulser Barbie. La justice française a suivi les Klarsfeld. Robert Badinter avait eu son père raflé dans la rue Sainte-Catherine, à Lyon. Une rafle opérée par Barbie, qui fut le plus barbare de tous les nazis en France.
“Le procès Barbie a eu des retombées énormes. Sans lui, nous n’aurions pas obtenu que la maison d’Izieu devienne un mémorial, ni le CHRD ni la maison de Dugoujon à Caluire. Lyon est devenue la capitale de la mémoire, après avoir été celle de la Résistance.”
Jean Lévy se réjouit de la réédition du livre de Valérie Perthuis. “Nous lui avons conseillé le titre, “Lyon contre Vichy”. Le sauvetage des enfants juifs du camp de Vénissieux a été agencé par toutes les organisations caritatives (juives, catholiques, protestantes, laïques) dans une coordination parfaite. Lyon a gagné !”

Inauguration de l’exposition
L’exposition sur “Les juifs de France dans la Shoah” est inaugurée ce vendredi 13 avril à 17h30 en présence du maire et de l’équipe municipale, de Jean Lévy et de Valérie Perthuis. Jean Lévy fera une visite commentée de l’exposition et Valérie Perthuis donnera une petite conférence sur le camp de Vénissieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *