Les Musicianes démarrent en sardane

Quoi de mieux, pour démarrer des rencontres musicales, que de rassembler un vaste public dans la salle Irène-Joliot-Curie, toutes générations confondues, et de lui apprendre les pas de la sardane ? Ce 3 février, le pari fut tenu, en présence du maire Michèle Picard et de son équipe, du sénateur Guy Fischer et du consul d’Espagne.L’Espagne est en effet au cœur de ces Musicianes, qui se déroulent jusqu’au 9 février. Organisées par l’école de musique Jean-Wiener appuyée par le foyer culturel espagnol et l’Institut Cervantes, elles seront, pour reprendre les expressions de Michèle Picard, un “voyage dans le temps et la diversité … une belle parenthèse ibère en plein hiver”. En cette période de crise et de coupes budgétaires du gouvernement, le maire ne pouvait pas seulement se réjouir de cette grande manifestation : “S’attaquer à la culture, a-t-elle poursuivi, c’est s’attaquer à ce qui dérange, à la liberté d’expression qui nous est propre, au vivre-ensemble qui nous est cher. C’est s’attaquer à la vie de quartier, aux associations et au dynamisme des villes.” Le consul espagnol a aussitôt surenchéri : “Je suis d’accord avec vous, l’Europe doit se construire sur la culture.”
L’ambiance était à la fête et, après avoir dégusté les tapas préparées par le foyer culturel espagnol, de nombreuses personnes se sont rassemblées autour d’Arantza Heres Otazo pour s’essayer à la sardane. Tous en cercle, main dans la main, petits et grands ont appris à lever en cadence un pied puis l’autre.
Suivirent une démonstration de flamenco et le concert de Tekameli, un groupe de musique gitano-catalane.
Jusqu’au 9 février, les Musicianes vont se poursuivre dans toute la ville pour une série de concerts, d’auditions d’élèves et de conférences autour des mélodies et danses espagnoles. Elles vont être également le prétexte de nombreuses rencontres conviviales : on pourra suivre un stage de percussions avec Moussa Belkacemi, écouter un air de la Renaissance ou d’un répertoire plus récent. On pourra encore rencontrer le percussionniste Sisco Aparici qui, le 8 février à 19 heures à la salle Érik-Satie, donnera un concert en compagnie de Laurent Mariusse, enseignant à Jean-Wiener.
Les profs de l’école de musique se produiront au cours de deux autres concerts, le 7 février à 20h30 à Satie pour “Nuits dans les jardins d’Espagne” et le 9 février, toujours à 20h30 à Satie, pour “L’heure espagnole”, occasion d’entendre le “Concerto pour clavecin” de Manuel de Falla.

 

Renseignements : 04 37 25 02 77.

Programme : http://www.ville-venissieux.fr/ecole_musique

httpv://youtu.be/AF9aYvr20Eg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *