Le pique-nique républicain du 14 juillet

Il n’était pas besoin d’être pessimiste, le 13 juillet, pour craindre que le pique-nique républicain du lendemain tombe à l’eau. S’il s’était arrêté de pleuvoir en fin d’après-midi, la flotte s’était suffisamment déversée pendant des heures pour imbiber la terre et transformer le parc Dupic en marécage.
Mais ce 14 juillet, dès la fin de matinée, on a su que le pique-nique républicain allait être une réussite : temps beau et pas trop chaud, pelouse sèche, parasols tricolores du festival ouverts, apéro servi… De quoi satisfaire tout le monde. Pendant que l’on se pressait pour retirer sa nappe en tissu plastifié de chez Veninov (incontournable accessoire du pique-nique), des centaines de personnes signaient la pétition en soutien à l’entreprise menacée et à ses salariés.La “Fête nat’” vénissiane a démarré à 10 heures par les jardiniers municipaux qui montraient comment réaliser de beaux bouquets. Une dizaine de personnes se prenaient au jeu. Puis, le public assistait à la prestation des enfants de la Maîtrise de l’Opéra, accompagnés par l’orchestre Balamaksük. Dirigés par Karine Locatelli, les petits chanteurs ont obtenu un beau succès auprès d’un très nombreux public, encourageant les parents et le reste de l’audience à les accompagner aux claquements de mains ou à reprendre avec eux le refrain de “Missirlou”, chanson grecque reprise par Tarantino dans “Pulp Fiction”.
Que dire de l’après-midi ? Qu’elle fut réussie, comme tous les ans. Les animations se succédaient, toutes différentes, toutes originales. Les enfants se sont assurément enthousiasmés pour “Le soufflant des feuillus”, deux musiciens masqués et recouverts de feuilles continuellement suivis par une horde de tout-petits. Tandis que Garance offrait des bouquets de fleurs, Sam Cannarozzi proposait des contes du monde, Thierry Renard (de l’Espace Pandora) et le violoniste Florin passaient de nappe en nappe pour dire du Boris Vian, du Verlaine ou “Le dormeur du val” de Rimbaud.
Rural Café s’est ensuite emparé de la fête pour faire virevolter les pique-niqueurs dans des gavottes, scottishs et autres rondes folkeuses. Il était temps alors de se reposer les jambes mais pas les méninges : nombreux ont été ceux qui se sont essayés à la traditionnelle dictée républicaine. Thierry Renard avait choisi un texte épineux d’Aimé Césaire sur lequel certains ont eu du mal. “J’ai fait 150 fautes” disait une petite fille effondrée après la dictée. Mais l’essentiel, comme on dit à la télé, n’est-il pas de participer ?
Avec toutes ces animations, la fin de l’après-midi est vite arrivée et avec elle l’apéritif républicain offert par madame le maire. Il était temps ensuite de rejoindre la grande pelouse pour écouter Janine Pelikan, Madjo, Flow et les Hurlements D’Léo. Une réjouissante soirée en perspective.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *