Pas de trêve pour le grand stade : André Gerin sort le carton rouge, Jean-Michel Aulas contre-attaque

Si les joueurs professionnels de l’Olympique lyonnais ont observé la traditionnelle trêve hivernale, leur président, Jean-Michel Aulas, a dû chausser les crampons pour faire face à l’adversité. L’attaque, cette fois, n’est pas venue de l’UMP lyonnaise, mais du député communiste André Gerin, qui a endossé les habits de l’homme en noir pour lui décerner un carton rouge. Dans une lettre ouverte datée du 22 décembre, il lui reproche de s’en prendre bille en tête à l’UMP (dans une interview publiée la veille dans Le Progrès), en oubliant qu’ “une majorité de Lyonnais est opposée au projet de Décines”, et que l’on trouve “des opposants au projet de grand stade dans toutes les sensibilités politiques”.

Pour l’ancien maire de Vénissieux, pas de doute, “ce projet est bien mal engagé”. En conséquence de quoi il propose d’ “envisager un référendum d’initiative populaire pour que les habitants aient le dernier mot”. Sur le lieu d’implantation du futur stade, André Gerin a son idée : “Le site de Gerland est le mieux loti avec des infrastructures telles que le métro, le tram, la gare SNCF Jean-Macé”. Il appelle enfin à “la raison et la sérénité [car] personne n’a intérêt à ce que ce dossier devienne l’objet de joutes politiciennes”. Non sans avoir souligné au préalable “tout l’apport de l’OL au rayonnement de Lyon et de la région Rhône-Alpes, avec les résultats exceptionnels que l’on sait”, sous la présidence de Jean-Michel Aulas.
Dans un courrier du 24 décembre, l’intéressé lui retourne la politesse en lui donnant du cher André et en saluant “la franchise” du député et sa “propension à régler les problèmes qui se posent comme un chef d’entreprise”. Ce qui doit être un compliment. Mais c’est naturellement pour mieux contre attaquer. “Je ne comprends pas que vous puissiez évoquer aujourd’hui comme une évidence la solution de faire de Gerland le grand stade dont a besoin l’Olympique lyonnais”, s’étonne Jean-Michel Aulas. Avant de rappeler qu’à l’époque où le site du Puisoz, à Vénissieux, tenait la corde, André Gerin avait lui-même jugé que “Gerland avait des inconvénients tels que nous ne pourrions jamais arriver à faire du neuf avec du vieux en matière d’urbanisme”.
Sans doute à court de forme après une première moitié de saison très éprouvante, le président de l’Olympique lyonnais conclut sa réponse par un énorme lapsus : “La seule solution pour des investisseurs soucieux de la pérennité d’un tel projet est le site de… Gerland”, écrit-il.

Une pensée sur “Pas de trêve pour le grand stade : André Gerin sort le carton rouge, Jean-Michel Aulas contre-attaque

  • 4 janvier 2011 à 10 h 12 min
    Permalink

    Ce Dossier est transversal en politique
    car il concerne l’Est Lyonnais au premie
    r plan, mais aussi tout le Grand Lyon,
    le département, la région Rhône Alpes
    et évidemment l’État, pour le finance
    ment des accès +/- 450 millions € de nos impôts soit 800 € en moyenne par foyer
    fiscal du grand Lyon, NOS IMPÔTS.
    jm AULAS, ne peut engager une communauté, contre son gré, dans ce projet. Si pour
    lui c’est OL LAND à DÉCINES sinon RIEN
    NOUS c’est l’OL à GERLAND sinon RIEN

  • 4 janvier 2011 à 10 h 12 min
    Permalink

    Ce Dossier est transversal en politique
    car il concerne l’Est Lyonnais au premie
    r plan, mais aussi tout le Grand Lyon,
    le département, la région Rhône Alpes
    et évidemment l’État, pour le finance
    ment des accès +/- 450 millions € de nos impôts soit 800 € en moyenne par foyer
    fiscal du grand Lyon, NOS IMPÔTS.
    jm AULAS, ne peut engager une communauté, contre son gré, dans ce projet. Si pour
    lui c’est OL LAND à DÉCINES sinon RIEN
    NOUS c’est l’OL à GERLAND sinon RIEN

  • 4 janvier 2011 à 10 h 12 min
    Permalink

    Ce Dossier est transversal en politique
    car il concerne l’Est Lyonnais au premie
    r plan, mais aussi tout le Grand Lyon,
    le département, la région Rhône Alpes
    et évidemment l’État, pour le finance
    ment des accès +/- 450 millions € de nos impôts soit 800 € en moyenne par foyer
    fiscal du grand Lyon, NOS IMPÔTS.
    jm AULAS, ne peut engager une communauté, contre son gré, dans ce projet. Si pour
    lui c’est OL LAND à DÉCINES sinon RIEN
    NOUS c’est l’OL à GERLAND sinon RIEN

  • 4 janvier 2011 à 10 h 12 min
    Permalink

    Ce Dossier est transversal en politique
    car il concerne l’Est Lyonnais au premie
    r plan, mais aussi tout le Grand Lyon,
    le département, la région Rhône Alpes
    et évidemment l’État, pour le finance
    ment des accès +/- 450 millions € de nos impôts soit 800 € en moyenne par foyer
    fiscal du grand Lyon, NOS IMPÔTS.
    jm AULAS, ne peut engager une communauté, contre son gré, dans ce projet. Si pour
    lui c’est OL LAND à DÉCINES sinon RIEN
    NOUS c’est l’OL à GERLAND sinon RIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *