La ZAC de Parilly sort d’un long sommeil

Compte tenu du temps que l’on attendait cela, on peut parler d’événement. Le chantier qui a démarré ces derniers jours, sur un petit bout de terrain situé au bout de l’avenue Jules-Guesde (désigné sous le terme d’îlot A), sonne le réveil de la Zone d’aménagement concerté (ZAC) de Parilly. Depuis la mise en service de la ligne D du métro, fin 1992, la place Grandclément qui entoure la station de métro n’avait en effet connu aucune évolution notable. Le Grand Lyon s’était pourtant engagé à y développer un ensemble de bureaux, services, logements et commerces. Dix-huit ans plus tard, les premières constructions vont enfin sortir de terre. L’Opac du Rhône a lancé un programme de soixante-quatre logements sociaux. L’opération comporte également la construction d’un bâtiment qui abritera des services du Conseil général. Il est prévu que les personnels du Département qui travaillent actuellement dans les MDR (Maisons du Rhône) du canton nord de Vénissieux y soient rassemblés. Le centre de planification et d’éducation familiale, actuellement localisé rue de la Commune-de-Paris, s’y installera aussi. Au total, près d’une soixantaine d’agents – à l’exception de ceux qui exercent dans les collèges et les assistantes maternelles qui exercent à leur domicile – se retrouveront dans les locaux de Parilly.
La proximité du Puisoz, cet espace de 20 hectares qui jouxte la station de métro, explique en grande partie pourquoi la ZAC de Parilly a mis tant de temps à décoller. Si l’un des nombreux projets envisagés au Puisoz ces vingt dernières années (transfert de Carrefour, cinéma multiplexe UGC, stade du LOU rugby, stade de l’Olympique lyonnais…) avait abouti, il y a fort à parier que la place Grandclément aurait un tout autre visage aujourd’hui. Mais tour à tour, pour des raisons diverses, ces projets se sont effondrés. Jusqu’au rachat du terrain, à l’automne dernier, par l’Immobilière Leroy Merlin, autrement dit le groupe Auchan. Ce nouveau propriétaire ambitionne de développer sur le Puisoz un vaste programme de commerces, logements, services et équipements. Les magasins Ikéa et Leroy Merlin de la Porte des Alpes y trouveraient leur place. Ainsi qu’un équipement d’intérêt d’agglomération.
A priori, un tel programme ne peut que booster la petite ZAC voisine de Parilly. Sauf que le projet Puisoz ne semble pas encore totalement à maturité. “Nous manquons d’avis partagé, précise Henri Thivillier, adjoint à l’urbanisme de la ville de Vénissieux. La Ville et le Grand Lyon ont des points de vue harmonisés, mais nous discutons encore avec les partenaires privés. En particulier sur les accès automobiles depuis les voiries du quartier Parilly, ainsi que des boulevards Laurent-Bonnevay et Joliot-Curie. Il y a une cohérence d’ensemble à trouver sur un vaste secteur géographique. L’aménagement de la ZAC de Parilly est étroitement lié à cette réflexion.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *