Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Sports

Jean-Pierre Maule : "Domenech ? Un gars bien !"

Jean-Pierre Maule (à droite) entouré de dirigeants vénissians dont le président de l'USV Jean-Pierre Chaix, au centre

C’est le hasard du calendrier qui a fait revenir Jean-Pierre Maule à Vénissieux. Le jour de la fête des mères, ce délégué de terrains de la Ligue Rhône-Alpes était au stade Laurent-Gérin pour contrôler le match entre Vénissieux et Firminy. Dans les années soixante, il a été l’entraîneur d’un gone du Charréard, un certain Raymond Domenech.

« J’avais insisté auprès de ma hiérarchie pour officier sur un terrain et un club que je connais bien. Et pour cause, puisque je suis natif de Vénissieux, j’ai grandi et vécu au Charréard, ouvert un garage rue de l’Ancienne gare mais également pris part à un bout d’aventure avec les footballeurs de l’USV. J’ai été joueur, entraîneur et un peu dirigeant. » Que retenir de son passage à Vénissieux ? « Que de bons souvenirs. J’ai déménagé du côté d’Aix-les-Bains, il y a quelques années, pour préparer ma retraite dans un cadre plus reposant. Mais je reviens régulièrement ici, ne serait-ce que pour retrouver ma mère. Côté sportif, alors que j’entraînais les poussins, je me souviens d’un petit joueur qui habitait à côté de chez moi, juste en face du stade Laurent-Gérin, quelqu’un de sérieux, assidu. Il s’appelait Raymond Domenech. »

Que valait, balle au pied, le futur sélectionneur de l’équipe de France qui fait la une de l’actualité ? « Il était très limité sur le plan technique. C’est une évidence. Mais on voit comment il a compensé depuis ! Raymond, c’est quelqu’un de bien, de fidèle en amitié et qui a du cœur. Il y a quelques semaines, la municipalité de Chambéry l’a invité pour qu’il donne un coup de pouce à des jeunes en recherche d’emploi dans le cadre d’une convention avec la Fondation Agir contre l’exclusion. Domenech est venu dans la plus parfaite discrétion, il s’est intéressé aux parcours de ces jeunes et leur a prodigué de bons conseils. Depuis, une vingtaine d’entre eux ont mis le pied dans le monde du travail. Peu de médias l’ont su. Quand il m’a vu là-bas, Raymond m’a reconnu sur le champ, s’est précipité vers moi et on a pu ainsi remuer quelques bons souvenirs. »

Jean-Pierre Maule se souvient d’un autre petit Vénissian qui a fait son chemin dans le monde impitoyable du ballond rond : « Quelques années après le passage de Raymond,  un jeune joueur est venu faire un essai à l’USV. On avait un entraîneur à l’époque, Edmond Jergot, qui ne prenait pas de pincettes. Il a accueilli ce poussin et très vite il lui a dit « Tu n’as pas le niveau ! » Le gamin ne s’est pas découragé, il a tenté sa chance à Saint-Priest. Avec le succès que l’on sait. Il s’appelait Luis Fernandez. »

Cliquer pour commenter

1 Commentaire

  1. carlos

    10 juin 2010 à 17 h 35 min

    Djamel, ton papier est génial !

    Carlos

    PS : C’est sûr Ray a compensé comme le dit M. Maule ! Lors d’un certain tournoi à sixte au CASCOL, il m’a carrément déboîté le genou alors que je filais au but. Sympa Ray !

  2. carlos

    10 juin 2010 à 17 h 35 min

    Djamel, ton papier est génial !

    Carlos

    PS : C’est sûr Ray a compensé comme le dit M. Maule ! Lors d’un certain tournoi à sixte au CASCOL, il m’a carrément déboîté le genou alors que je filais au but. Sympa Ray !

  3. carlos

    10 juin 2010 à 17 h 35 min

    Djamel, ton papier est génial !

    Carlos

    PS : C’est sûr Ray a compensé comme le dit M. Maule ! Lors d’un certain tournoi à sixte au CASCOL, il m’a carrément déboîté le genou alors que je filais au but. Sympa Ray !

  4. carlos

    10 juin 2010 à 17 h 35 min

    Djamel, ton papier est génial !

    Carlos

    PS : C’est sûr Ray a compensé comme le dit M. Maule ! Lors d’un certain tournoi à sixte au CASCOL, il m’a carrément déboîté le genou alors que je filais au but. Sympa Ray !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également