Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

« On n’est pas traités dignement »

Rats, souris, insectes, humidité, suroccupation des appartements… plusieurs locataires de la résidence Parmentier, dans le quartier Pasteur, sont à bout de nerfs.

Au 35, rue Parmentier, dans le quartier Pasteur, la colère gronde et la déception est immense. Et pour cause : de nombreux locataires des lieux, gérés par LMH (Lyon Métropole Habitat), estiment que leur bailleur « les laisse, sans réagir, dans une situation catastrophique et dangereuse ».

« Les problèmes dans la résidence se multiplient, explique une habitante, installée depuis six ans. Il y a des rats, des souris, des araignées, dans les parties communes comme dans les appartements. C’est un vrai zoo ici ! Au départ, LMH m’avait assuré que ce serait un logement de transition, en attendant une meilleure attribution. Mais rien ne bouge, et quand on demande un autre bien, on nous répond que ce n’est pas possible. Certains appartements sont trop petits pour les familles qui les louent. Elles peuvent se retrouver à vivre à quatre ou  dans un T2 par exemple. »

« On n’est pas traités dignement, s’insurge une autre. En plus des problèmes de nuisibles, les murs sont gonflés par l’humidité. Chez moi, il y a même eu l’effondrement d’un mur de ma chambre ! Et quand on appelle LMH, on nous répond ‘on prend note’, ‘on vous rappellera’… dans le meilleur des cas. Parce que sinon, c’est ‘vous êtes la seule personne à se plaindre’, ou ‘c’est la première fois qu’on nous signale un tel souci’. Ce n’est pas sérieux. »

De fait, une visite dans la résidence confirme les dires des locataires : des fils électriques dépassent des murs des parties communes, les portes des allées ne ferment plus, la saleté est omniprésente, des barrages en carton de fortune ont été installés par les locataires pour empêcher les rats de passer, les taches d’humidité sont nombreuses sur les murs… « De tels soucis qui traînent, cela n’arriverait pas dans les beaux quartiers de Lyon ou d’ailleurs, assure une locataire. Il y a du mépris dans la façon dont on nous traite. »

« LMH organise deux passages annuels de dératisation ‘préventive’ dans chacune de ses résidences, a répondu le bailleur, interrogé sur les problèmes rencontrés par ses locataires. À la résidence Parmentier, ils ont été effectués en mai et en novembre 2022. Une nouvelle intervention est programmée cette semaine. Idem pour la désinsectisation : les passages annuels ont été effectués et des situations individuelles ont été traitées au cas par cas. Par ailleurs, un agent de résidence intervient tous les matins sur la résidence Parmentier pour assurer la propreté dans les parties communes. [Cependant], nous constatons beaucoup d’actes d’incivilités (encombrants, stationnements sauvages, portes et portail vandalisés…). »

Concernant les problèmes de suroccupation dans la résidence, le bailleur assure que ces situations sont « identifiées », avec des demandes prises en charge par les équipes de LMH. « La démarche peut être longue car il s’agit de mettre en adéquation des logements vacants ou neufs avec les besoins et les possibilités financières des familles, en respectant les règles d’attribution. Certains locataires ont déjà eu des propositions de logement. Certains ont refusé les offres et la démarche se poursuit. »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également