Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

Fêtes escales : un 14 juillet sous le soleil, exactement

Beau démarrage pour les Fêtes escales, ce 14 juillet, avec la Maîtrise de l’Opéra, le pique-nique républicain, ses animations et les concerts du soir.

  • La Maîtrise de l'Opéra de Lyon
  • La Maîtrise de l'Opéra de Lyon
  • La Maîtrise de l'Opéra de Lyon
  • La Maîtrise de l'Opéra de Lyon
  • Le pique-nique républicain
  • Le pique-nique républicain
  • Le pique-nique républicain
  • Le pique-nique républicain
  • Le pique-nique républicain
  • Le pique-nique républicain
  • Pour les enfants
  • Pat Kalla
  • Bach à sable
  • Le pique-nique républicain
  • Le pique-nique républicain
  • Grégoire Potin, programmateur des Fêtes escales
  • Bach à sable
  • Pat Kalla
  • Le pique-nique républicain
  • LGMX
  • LGMX
  • Thierry Renard "Attention, pas de fautes à la dictée républicaine"
  • La dictée
  • LGMX
  • LGMX
  • LGMX
  • LGMX
  • LGMX fait entrer dans la danse
  • LGMX
  • La folie devant LGMX
  • La folie devant LGMX
  • La folie devant LGMX
  • La folie devant LGMX
  • Après l'effort de la danse, le réconfort de l'apéro offert par la mairie
  • L'apéro républicain
  • Le moment du repas du soir
  • Le moment du repas du soir
  • Les buvettes associatives
  • Kaynixe
  • Battle 6.9.2.
  • Battle 6.9.2.

 

Après les annulations successives des concerts en plein air des Fêtes escales, suite aux contraintes sanitaires puis à une météo placée en alerte orange, tout le monde attendait avec impatience cette journée du 14 juillet. Une journée ponctuée de son pique-nique républicain, d’animations, et d’un soleil que tous espéraient au rendez-vous. Pour être au rendez-vous, ça, il le fut, le soleil. Et plutôt deux fois qu’une, avec un thermomètre dépassant les 40°.

La peur persistante du Covid et de la canicule poussèrent sans aucun doute beaucoup d’amateurs à rester au frais chez eux, autant qu’ils le pouvaient, plutôt que de braver des températures tropicales. Car, dans le parc Louis-Dupic, l’ombre était rare et très recherchée. Et bien, autant les avertir tout de suite : ceux qui n’avaient pas pris le chemin des Fêtes escales ont eu tort, tant la journée fut agréable, même si fatigante à force de chaleur. D’ailleurs, les gamins ne s’y sont pas trompés qui passèrent beaucoup de temps sous les brumisateurs de l’espace jeux.

Public moins nombreux donc mais qui sut profiter des nombreuses bonnes choses offertes à ses oreilles, à commencer par les chœurs d’enfants de la Maîtrise de l’Opéra de Lyon, dont les voix cristallines nous firent passer de Vivaldi à La Marseillaise — 14 juillet oblige —, des Anglais Purcell, Britten et Humperdinck aux chœurs ukrainiens et à la célèbre Taquetaquetique du gendarme, célébrée en son temps par Bourvil. Sans oublier le traditionnel air de Carmen — là, ce fut celui de la garde montante —, sans lequel ces Fêtes escales ne seraient pas ce qu’elles sont.

À l’heure du repas, les places à l’ombre furent difficiles à trouver, même si les pique-niqueurs républicains étaient de toute évidence en nombre plus réduit que les années précédentes. Pour bercer leur après-midi, rien de tel, pour commencer, que le Bach à sable. Il suffisait de s’installer sur des chaises-longues et d’écouter des airs de piano. Puis de continuer en compagnie de Pat Kalla et de ses contes musicaux. Et de tailler son crayon pour mieux participer à la dictée de Thierry Renard, de l’Espace Pandora, qui avait choisi cette année un extrait du roman Un chemin de tables de Maylis de Kerangal. « Essayez de ne pas faire de fautes », préconisait l’ami Thierry qui ajoutait, en souriant : « Ça changera des années précédentes… Non, je rigole ! »

En tout cas, ceux que les efforts orthographiques avaient épuisés purent totalement se réveiller grâce à l’énergie développée par les musiciens de la fanfare LGMX. Un beau moment, le plus trépidant de la journée, avec une vingtaine de personnes tressautant aux rythmes des cuivres et un chanteur habité par sa musique à s’en vautrer par terre.

Rien de tel, pour se requinquer, que l’apéro républicain offert par la municipalité. Il fut suivi par las prestation de Kaynixe, qui dut en surprendre plus d’un. La musique était en effet digne d’une boîte de nuit alors que devant la scène sur laquelle la DJ performait, peu de gens se déhanchaient, la foule étant plutôt assise sur le côté, occupée à se restaurer. Laquelle foule n’hésita pas à se masser devant le battle 6.9.2, orchestré par le Pockemon Crew, pour lequel s’affrontèrent des équipes en provenance du monde entier.

« Je veux voir Vénissieux jumper » s’époumonait le maître de cérémonie. Il fut servi !

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Culture

Début juillet, des jeunes des EPJ Léo-Lagrange et Parilly ont tourné un court-métrage dans le cadre des ateliers de La CinéFabrique. Le montage est...

Actus

Dans le cadre des animations d’été, les habitants ont pu peindre l’esplanade du boulevard Komarov, au quartier Pyramide.

Actus

Pendant plus de trente ans, de 1985 à 2015, les archéologues ont multiplié les chantiers de fouilles à l’intérieur et autour du vieux Bourg...

Actus

Après un 14 juillet caniculaire, les Fêtes escales se sont poursuivies avec deux soirées enjouées ayant attiré un public chaleureux.

Actus

La Métropole de Lyon, en lien avec les communes qui la composent, a publié une carte des lieux frais. À Vénissieux, plusieurs options existent...