Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Alter-Conso s’inquiète pour son avenir

Prisés par les familles pendant les confinements, les paniers bios sont, depuis la rentrée, moins demandés.

Créée en 2006, Alter-Conso propose à la vente des paniers alimentaires aux habitants de l’agglomération lyonnaise. Pour cela, la SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) a noué un partenariat avec plus de 45 producteurs locaux. Et à Vénissieux, elle compte une quarantaine d’adhérents, qui reçoivent donc toutes les semaines des produits (fruits et légumes, viande, œufs, produits laitiers…) frais, bios et issus de circuits courts.

Or, depuis la rentrée, le nombre d’adhérents s’affiche en baisse dans l’agglomération. « Nous sommes revenus au nombre d’abonnés de l’année 2014, environ 670, contre plus de 800 mi-2021, regrette-t-on chez Alter-Conso. Il n’est pas si simple de comprendre les origines de cette baisse, mais elle pourrait selon nous s’expliquer par la multiplication des offres de type paniers et par la multiplication des offres en circuit court de manière générale (épiceries, magasins producteurs, supermarché coopératif…), souvent moins contraignantes. Par ailleurs, depuis mars 2020, un certain nombre d’abonné.es nous ont quittés suite à un déménagement en dehors de Lyon. »

Regrettable car le modèle économique d’Alter-Conso repose sur un système triplement vertueux. Tout d’abord, les agriculteurs bénéficient d’une meilleure visibilité sur leur activité. Ensuite, l’environnement n’est que peu impacté par ces consommations, grâce à la réduction des besoins de transport des aliments — toujours inférieurs à 80 km. Enfin, les adhérents profitent de produits « au juste prix », plus sains que ce qui peut, par exemple, être acheté en grande surface.

« Cette baisse du nombre pourrait à terme entraîner des conséquences indésirables, alerte-t-on chez Alter-Conso : fermetures de lieux de distribution, départs de producteurs et productrices, diminution de l’équipe salariée [ils sont 16 actuellement, ndlr… »

Des difficultés qui ne concernent pas uniquement Alter-Conso : AMAP, marchés de plein vent, vente à la ferme et magasins de producteurs sont depuis la rentrée, bien souvent, à la recherche d’adhérents. Avec, en creux, les mêmes causes : réouverture des points de vente physique, multiplication de l’offre, départs des grands centres urbains… Et le même espoir, que les consommateurs « s’intéressent de nouveau à ce mode de consommation plus vertueux ».

Pour adhérer à Alter-Conso, rendez-vous sur le site www.alter-conso.org. L’entreprise propose quatre types de paniers de tailles différentes : mini à 5 euros, solo à 8,80 euros, couple à 14,50 euros et famille à 21 euros (hors commission de 20% d’Alter-Conso). 

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Dès le 4 février, une nouvelle AMAP sera lancée sur le plateau des Minguettes. Baptisée Els'AMAP, elle a été créée par des élèves du...

Actus

Plus près, plus sain, plus juste, bénéfique aux consommateurs et aux producteurs, le circuit court gagne du terrain dans les modes de consommation. Y...