Bergerie urbaine : soirée festive au parc de Parilly

Du 7 au 9 octobre, une trentaine de moutons de la Bergerie urbaine vont traverser l’agglomération. Avec une halte, le 8 octobre, au parc de Parilly où l’on pourra également profiter de musiques, d’une exposition, d’une conférence et d’animations naturalistes.

L’étonnement est toujours présent lorsque les moutons de la Bergerie urbaine traversent nos rues, broutant ici et là les espaces verts à leur portée. Ces balades écolo-éducatives attirent de nombreux curieux, dont beaucoup d’enfants, qui ont tout à loisir de caresser les animaux et de questionner les bergers.

Aujourd’hui 7 octobre, la Bergerie urbaine lance « la petite transhumance du Grand Lyon » et, jusqu’au 9 octobre, va faire parcourir à une trentaine de moutons 24 kilomètres à travers la métropole. Du parc de la Tête-d’Or à celui de Gerland (7 octobre), du parc de Gerland à celui de Parilly (8 octobre) et du parc de Parilly à celui de la Commune-de-Paris, à Villeurbanne (9 octobre), les animaux vont voir du pays ménageant, à chaque halte, quelques surprises.

Au parc de Parilly, c’est à l’angle de l’allée du Tunnel et du chemin des Ducs que le troupeau pourra se reposer le 8 octobre à partir de 17 heures. C’est également là que le public aura l’occasion de profiter de nombreuses festivités. Citons une exposition de Camille Tedesco, Ensauvageons nos imaginaires (entre 17h30 et 22h30). Dès 17h30, La Tartine sonore nous réjouira avec du reggae et du dub puis, à partir de 20 heures, avec de la world music. À 18h30, la Maison de l’agriculture urbaine (MAUL) proposera une discussion sur l’agriculture urbaine et ses nouvelles propositions pour l’avenir des villes. Y seront présents Clara Gaulme (Passe-jardins), Philippe Zerr (micro-ferme du quartier des États-Unis), Jeanne Frachon (ADDEAR du Rhône), Mathieu Coumoul et Victorine de Lachaise (Association Des Espèces Parmi’Lyon) et Pierre (association Côté jardins). Signalons encore une animation naturaliste par Des Espèces Parmi’Lyon et, bien sûr, la présence d’une buvette et la possibilité de restauration.

Les organisateurs étant prévoyants, ils prennent le soin d’avertir les visiteurs : « Le parc ne disposant pas d’éclairage public, pensez à prendre une lampe frontale pour retrouver votre moyen de transport. Prévoyez également de l’argent si vous souhaitez consommer des produits de la buvette. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *