Les moutons de la Bergerie Urbaine sont de retour

En cette fin de semaine, les moutons de la Bergerie Urbaine se baladent dans la ville à l’occasion d’un pâturage itinérant. Ils en profitent aussi pour aller à la rencontre des Vénissians. Prochain rendez-vous, cet après-midi dans le quartier Max-Barel.

Ils étaient une vingtaine à défiler dans les rues de Vénissieux. Ce jeudi 8 juillet, dans l’après-midi, les moutons de la Bergerie Urbaine ont fait leur grand retour. « Ce sont des terrains idéals pour nos moutons. À Vénissieux, on retrouve pas mal d’étendues d’herbes. On peut se promener et les faire se reposer pas trop près de la route », explique Bastien Massias, salarié de la bergerie.

Accompagnés par Bastien et quatre bénévoles, les moutons ont ainsi parcouru les Minguettes, pour grignoter les étendues d’herbes de la ville et rencontrer les habitants, ébahis de les voir en bas de leur immeuble.

Enfants, parents, et même grands-parents sont venus rendre visite à nos amis à quatre pattes. Pas sans quelques appréhensions du côté des plus petits. Au début plein de confiance, ils étaient nombreux à courir vers les moutons avant de revenir sur leurs pas, impressionnés par la taille des animaux.

« Cela fait maintenant trois ans que nous organisons des rencontres de ce type et il ne s’est jamais rien passé, il faut prendre le temps d’expliquer aux enfants comment se comporter. Nous avons habitué les moutons aux êtres humains, depuis le début, ainsi qu’aux bruits urbains comme les voitures, les bus etc. »

Après les explications des membres de la Bergerie Urbaine, les petits sautent le pas, plus confiants et partent à la rencontre, entre autres, de Garance, la cheffe de file, un peu téméraire ou de Mylène, dont le nom rend hommage à la chanteuse Mylène Farmer. « Elles ont chacune leur caractère, leur personnalité, certaines sont câlines, d’autres solitaires… c’est très impressionnant. C’est comme les êtres humains », conclut Bastien.

La Bergerie Urbaine est de retour vendredi 9 juillet après-midi dans le quartier Max-Barel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *