« Talent’Elles » : pour sortir les femmes du chômage de longue durée

Depuis le début de l’année, quelque 70 femmes en chômage de longue durée bénéficient à l’agence Pôle emploi de Vénissieux du dispositif d’accompagnement « Talent’Elles ». L’objectif est que 60% d’entre elles entrent en formation ou retrouvent un emploi durable. Les premiers résultats semblent encourageants.

Redonner confiance aux femmes en chômage de longue durée, leur apporter des connaissances et leur offrir des expériences en entreprise, tels sont les objectifs du dispositif « Talent’Elles », lancé en 2020 par la précédente directrice de Pôle emploi, Corinne Nicolas. Repris et porté en début d’année par Ferreol Palau, son nouveau directeur, il a commencé à porter ses fruits. Il semble en tout cas répondre aux problématiques posées par le chômage de longue durée. « Plus le parcours est long au sein de Pôle emploi, plus il est difficile de rebondir, nous rappelait en avril dernier Sonia Mohammedi, la conseillère en charge du dispositif. L’objectif, c’est donc que les femmes en chômage de longue durée ne deviennent pas des ‘invisibles’, des personnes qui se désinscrivent sans avoir trouvé de solutions. »

On en sait aujourd’hui un peu plus sur l’efficacité du dispositif. En moyenne, 70 femmes environ sont inscrites « en entrées-sorties permanentes » et lorsqu’une place se libère, elle est affectée à une autre bénéficiaire. « Au premier semestre, quatre d’entre elles ont retrouvé un emploi, 17 ont commencé un parcours de formation et 8 ont pu s’inscrire au permis de conduire », souligne le directeur. Mais il précise aussitôt que, si la reprise d’emploi reste bien « l’objectif principal » de l’agence, « elle ne doit pas empêcher la montée en compétences » des principales intéressées. « Un retour à l’emploi de courte durée, sans apport de connaissances, n’aurait qu’un intérêt limité et pourrait même empêcher la personne d’avancer dans son projet. » L’objectif de l’agence est donc de voir 60 % des personnes prises en charge sortir du dispositif par, soit une entrée en formation, soit un retour à l’emploi dans un métier en tension. « Il est essentiel que nous puissions valider le projet de retour à l’emploi », souligne Ferreol Palau.

« À ce stade, nous sommes satisfaits », assure le directeur, qui précise qu’un bilan complet sera effectué en janvier prochain, à l’issue d’une année de fonctionnement. D’ici là, dans l’optique « d’améliorer la qualité du service » et de « [nous] rapprocher des besoins de chacune », l’agence devrait renforcer ses partenariats avec des structures comme le CIDFF, l’Afpa, Emmaüs connect ou le Centre associatif Boris Vian.

On notera aussi que, dans le cadre du dispositif Equip’Emploi, l’agence de Vénissieux a reçu le renfort d’une dizaine de conseillers à temps plein, qui gèrent chacun des « petits » portefeuilles de 80 demandeurs. L’objectif sera, là aussi, de lever le plus rapidement toutes les barrières au retour à l’emploi, et ce en fonction des particularités de chaque situation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *