À Vénissieux, des débuts moroses pour le pass sanitaire

Depuis ce lundi, le pass sanitaire devient indispensable pour s’attabler dans un restaurant ou un café. À Vénissieux, cette mise en place fait pâlir les restaurateurs et devient un vrai casse-tête.
Pass sanitaire

Depuis lundi, pour accéder à un café ou à un restaurant, il faut obligatoirement présenter son pass sanitaire, même en terrasse. Une mesure difficile à mettre en place pour de nombreux propriétaires d’établissements. « Nous ne sommes que deux, un de mes salariés est en congé, c’est impossible de contrôler tout le monde, en plus, nous avons plusieurs entrées dans le café », se désole le gérant de la Brasserie de la Mairie, place Léon-Sublet à Vénissieux.

Quelques mètres plus loin, rue Paul-Bert, au Chicken Street, on se prépare doucement, à contrôler le pass sanitaire. « Je suis en train de faire imprimer des affiches à mettre sur la devanture », affirme le propriétaire qui préfère attendre la fin de la semaine de rodage avant de commencer les contrôles.

Mais il ne compte pas jouer avec le feu. Dès que la semaine sera terminée, il va commencer à demander un pass à ses clients afin d’éviter des répercussions sur son établissement. « Nous allons le faire respecter pour les clients qui mangent sur place. S’il y a des risques d’amendes ou de fermeture, on va tout mettre en œuvre pour contrôler le pass sanitaire. »

Au Café de la Paix à Vénissieux, une pancarte indique l’obligation du port du masque et la présentation du pass sanitaire
Baisse de la clientèle

Du côté de Grand Parilly, les terrasses sont pleines. Les contrôles se font avant même l’entrée dans les restaurants pour Les 3 Brasseurs et Ciao Nonna. Boulevard Marcel-Sembat, c’est la même chose. Une restauratrice contrôle systématiquement les entrées et est assez satisfaite de la réaction des clients. « À ma grande surprise, ils jouent le jeu. Dès qu’ils arrivent ils nous présentent leur pass, nous n’avons eu aucun souci pour le moment. »

Pourtant, elle le sait, certains de ses clients ne reviendront pas dans l’établissement tant que la mesure sera appliquée, et elle commence déjà à observer une baisse de fréquentation. « Des habitués nous ont dit la semaine dernière ‘bon, c’est la dernière fois qu’on vient‘, parce qu’ils n’ont pas de pass. D’autres nous appellent pour nous demander s’ils peuvent venir sans. »

Même constat pour la Brasserie de la Mairie. « Entre 6 heures et 7 heures du matin j’ai servi qu’un seul café, alors que d’habitude, j’ai plus de monde. Les gens ont peur, ils n’osent pas rentrer parce qu’ils n’ont pas de pass et ne veulent pas avoir de souci », observe le tenancier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *