Reconfinement : les marchés alimentaires ne désemplissent pas

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a-t-il rassuré les forains en déclarant, fin octobre, que “les marchés couverts ou en plein air peuvent rester ouverts, comme les parcs et jardins, à moins d’une décision préfectorale » ? Premiers éléments de réponse à Vénissieux, où les marchés restent très fréquentés.
Du monde, masqué, au marché des Minguettes

Samedi 31 octobre, ouvert uniquement pour sa partie alimentaire, le marché des Minguettes reste fréquenté. Producteurs et vendeurs de fruits et légumes, poissonniers, commerçants spécialisés en produits exotiques, fleuristes et autres bouchers se côtoient, les clients affluent… De fait, si certains ont craint un confinement total des marchés et apprécient de pouvoir faire leurs courses alimentaires, d’autres avouent profiter d’une balade quotidienne, pour éventuellement acheter un produit… le tout en restant parfaitement en règle vis-à-vis des obligations de déplacement.

La police municipale n’est pas loin, attentive. En matinée, il y a bien eu un premier accrochage, que relate Jean-Maurice Gautin, adjoint aux marchés : “J’ai été alerté par des placiers et des policiers qu’une cinquantaine de personnes étaient venues se plaindre et se faire entendre. Des forains en produits manufacturés, habitués des marchés de Vénissieux, Saint-Priest et Lyon 8e, mécontents de ne pouvoir déballer. Ils avaient dans l’idée qu’un arrêté municipal pouvait résoudre leur problème. En leur rappelant qu’une tel acte était illégal, je leur ai conseillé de nouer des contacts et de solliciter une entrevue avec le préfet. Seul un arrêté ministériel ou préfectoral peut en effet leur permettre de s’installer. Ils ont entendu mon discours. Ils devraient se rendre à la préfecture du Rhône en milieu de semaine. »

Respect du port du masque

Jusqu’à 13h30, même en l’absence de commerçants de produits manufacturés, le marché a attiré beaucoup de monde. Trop ? “Nous étions présents avec un rôle de médiateur, explique un gardien de gymnase, de service comme ses quatre collègues. Certes, il y a du monde, mais il fallait s’y attendre, le marché attire toujours une clientèle fidèle qui n’a souvent que cet espace de proximité pour faire ses courses. La distanciation est très difficile à appliquer, mais reconnaissons-le, tous les clients portaient un masque. On est intervenu quelques fois. Uniquement pour demander à certains de bien le placer sur le visage, de couvrir le nez.” À ses côtés, une mère de famille acquiesce. “On est en plein air, donc un peu moins sous la menace du virus. Et pour ma part, pas question d’aller dans un hypermarché pour mes fruits et légumes. C’est couvert, et souvent plus cher. »

Une pensée sur “Reconfinement : les marchés alimentaires ne désemplissent pas

  • 6 novembre 2020 à 5 h 38 min
    Permalink

    Merci à la police municipale de faire respecter les règles sanitaires par tous. C’est le meilleur moyen de se protéger et de protéger les autres. Les hôpitaux ne peuvent plus soigner tous les patients, le nombre de cas explose et le plus jeunes sont atteints, pourtant on croise toujours des inconscients sur les marchés, dans les rues, sur les places etc…. la pédagogie suffit elle? Personne ne remercie les soignants comme lors de la 1ère vague! pourtant chacun devrait comprendre le mal qu’ils se donnent. Merci à tous ceux qui respectent et font respecter les gestes : masques (à changer toutes les 4h), distanciation, pas plus de 6 personnes à table, aérer etc…. à force de le répéter cela finira peut être à rentrer!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *