Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Collège Aragon : de Vénissieux à Tokyo, on s’écrit en latin

Le latin, une langue morte ? Pas pour les élèves latinistes de 4e du collège Louis-Aragon de Vénissieux. Ils ont choisi la langue de Cicéron pour correspondre avec des élèves du lycée français de Tokyo.

Le latin, une langue morte ? Pas pour les élèves latinistes de 4e du collège Louis-Aragon de Vénissieux. Ils ont choisi la langue de Cicéron pour correspondre avec des élèves du lycée français de Tokyo.

Pour la seconde année consécutive, les treize élèves latinistes de 4e du collège Aragon participent à l’action « Epistulae », lancée par l’association de promotion des langues et cultures de l’Antiquité « Arrête ton char ». Encadrés par leurs professeurs, tous les élèves du second degré des établissements publics sont conviés à s’écrire des cartes postales en latin. Des missives qui sont partagées à travers le monde entier : l’an dernier, plus de 16 000 cartes ont été échangées, dans 15 pays différents !
Les jeunes Vénissians ont été mis en relation avec des collégiens de 4e inscrits au lycée français de Tokyo : Orane avec Juliette, Lyna avec Thomas, Delya avec Louis, Adam avec Marlène, etc.

« Capsae » et parchemin

Les élèves de Salomée Lagarde, professeure de lettres classiques au collège Aragon sont passionnés. Ils ressortent de leurs cours de latin avec une ouverture d’esprit et une culture latine qui va nettement plus loin que le caricatural « Rosa, Rosa, Rosam, Rosae, Rosae Rosa, Rosarum, Rosis, Rosis » de la chanson de Jacques Brel. Au premier semestre, ils ont écrit une première carte pour se présenter et ont reçu une réponse. Le second courrier a été finalisé le 17 juin dernier. « Nous avons fabriqué une capsae (boîte), précisent les ados et nous écrivons notre lettre sur un parchemin. Dans ce courrier nous évoquons notre environnement, les musées et tout ce qui a trait à l’Antiquité à Lyon. »

Tous sont venus au latin en classe de 5e pour différentes raisons. Adam lisait des BD et voulait comprendre ce qui était écrit en latin ! Orane et Lyna se sont inscrites pour gagner des points au brevet, mais aujourd’hui elles réalisent que son utilité va plus loin : « le latin nous aide en français, en orthographe. On est allé à l’opéra, on a visité des musées, on a créé des tables de cire, des mosaïques, des maquettes. Il faut arrêter de dire que le latin est une langue morte ! Cette langue nous apprend plein de choses sur l’étymologie ! D’ailleurs, l’an prochain en 3e, nous démarrons le grec avec deux heures par semaine ! »

L’enseignante est très heureuse de la motivation de ses élèves. « Ils commencent le latin en 5e et s’engagent jusqu’à la fin de la classe de 3e. Quant au grec, les ados volontaires le débutent en 3e. Et ils sont de plus en plus nombreux à étudier les deux langues. » « Audaces fortuna juvat »*, comme disait Virgile !

* « La fortune sourit aux audacieux »

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Lagarde Gilbert

    24 juin 2019 à 17 h 23 min

    C’est vraiment super qu’il y ait encore des profs passionnés par leur métier, et qui donnent envie à leurs élèves d’apprendre, en sortant de la routine et en ayant des idées originales!

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Laurine Thizy, auteure lauréate du Prix du Roman Marie-Claire, est en résidence au collège Paul-Éluard, dans une classe d’élèves allophones.

Sports

Vénissieux HB accueille USO Nevers, samedi 21 mai à 20h30 au gymnase Tola-Vologe. Le club visera un historique 22/22 en championnat.

Histoire / Mag

Regard sur un impôt très particulier, les « prestations », que devait chaque famille de Vénissieux au XIXe siècle

Actus

En France, ils sont 29 000 jeunes à se former pour devenir jeunes sapeurs-pompiers, une augmentation de près 50 % en 20 ans.

Actus

Les amateurs de vélo ont rendez-vous pour une nouvelle édition de la Convergence Vélo, ce dimanche 22 mai, au départ du parc Louis-Dupic et...