Campus industriel de Vénissieux : navette en approche…

Photo DR

« C’est un secret de Polichinelle. Ce n’est pas encore officiel, mais c’est en bonne voie et cela pourrait aller vite, comme toujours avec Navya ! » Recueillis lors de l’inauguration de l’usine Boostheat, mardi 27 novembre à Vénissieux (Rhône), ces propos venant de « personnes autorisées » confirment la rumeur insistante qui court depuis quelques semaines : Navya, le leader mondial des véhicules électriques autonomes, en plein développement, se sent à l’étroit dans la zone d’activités de l’Arsenal à Vénissieux, et rejoindrait le boulevard Joliot-Curie, dans la même commune, pour y intégrer le futur Campus industriel, dans les anciens locaux de Sillia VL. « Plutôt que d’empiler des structures modulaires à l’Arsenal, autant rejoindre un site qui correspond à nos ambitions et à l’accroissement de notre activité », confie un responsable. Navya conserverait son site de l’Arsenal pour y concentrer son activité logistique.

Une nouvelle navette en janvier

Dernière-née des ateliers vénissians de Navya, la navette MIA (Mobilité intelligente et autonome) a été présentée au public le 27 novembre, un mois avant sa mise en service sur le site de la ZAC des Gaulnes à Meyzieu-Jonage en janvier 2019. Ce sera la première navette autonome à circuler sur route ouverte en zone d’activités, avec des franchissements de carrefours à feux. Connectée au tramway T3 depuis l’arrêt « ZI Meyzieu », elle desservira la zone d’activité en cours d’aménagement. Elle dispose de 15 places et effectuera un parcours de 1,2 km avec six arrêts, en vingt minutes. Dans les prochains mois, des taxis sans chauffeurs fabriqués également à Vénissieux seront expérimentés entre Perrache et la Confluence.

Photo Raphaël Bert

Le Campus industriel s’étoffe

Lancé il y a un an par la Métropole sur 11 hectares rachetés à Bosch, près du Puisoz, le Campus industriel de Vénissieux est destiné à devenir la « vitrine de l’industrie lyonnaise 4.0 ». Il doit accueillir à partir de 2021 une quinzaine de start-up et de PME, qui y bénéficieront d’une offre de services mutualisés et d’un lieu ressources commun (« La ruche industrielle »). Objectif : accompagner les jeunes pousses technologiques innovantes dans les étapes vers la production industrielle. Boostheat et Navya incarnent le type même d’entreprises innovantes qui accomplissent cette mutation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *