Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

Wareth Kwaish au lycée Marcel-Sembat : « L’humanité, c’est tout ! »

Dans le cadre de Renvoyé spécial, le lycée Marcel-Sembat accueillait ce 18 mai le cinéaste irakien Wareth Kwaish, réfugié politique en France. Une rencontre passionnante de bout en bout.

Dix ans que Marie Ermakoff, documentaliste au lycée Marcel-Sembat, essayait de se glisser dans le circuit de Renvoyé spécial, une opération montée par la Maison des journalistes, à Paris, en collaboration avec l’Éducation nationale. Elle a réussi cette année à inviter Wareth Kwaish, un jeune cinéaste irakien auteur de plusieurs courts-métrages documentaires et réfugié politique en France. Et à organiser au sein du lycée une rencontre avec deux classes de 1e ES. Cela se passait le 18 mai dernier et le jeu de questions/réponses fut passionnant jusqu’au bout.

Wareth parle arabe, anglais et quelques mots de français. Quand il s’exprimait en arabe, il bénéficiait des talents d’une traductrice. Les élèves ont, quant à eux, posé leurs questions en français, en anglais et en arabe.
La discussion s’est essentiellement portée sur l’Irak, son histoire, sa culture, ses guerres et ses religions. « Saddam Hussein a dirigé l’Irak pendant 35 ans. Il y a eu quatre guerres pendant ce temps. C’est une nouvelle culture : la guerre, l’oppression des médias, l’exclusion des pays autour. Cela crée de nouvelles générations de guerre. »

Un élève demande alors ce qui pourrait permettre de stopper tout cela. « La culture, le cinéma, la reconstruction, la société civile ! »
Wareth aborde ainsi plusieurs sujets géopolitiques et les questions des élèves deviennent de plus en plus précises : ce qui se passe sur place correspond-il à ce qu’on nous montre ici ? « Ce n’est pas toujours la réalité », répond Wareth. Ou « que pensez-vous des Kurdes indépendantistes » ? Un autre élève remarque que Wareth affirme qu’il est en faveur de la démocratie tout en reconnaissant qu’elle représente un problème. « La démocratie et la compréhension de la démocratie sont deux choses différentes. Toute personne devrait être libre et vivre en démocratie. En Irak, nous vivons dans une soi-disant démocratie qui laisse les gens se faire tuer. »

Il parle encore des différences entre chiites et sunnites, des yazidis — adeptes d’une religion antérieure à l’islam et que Daech a éliminés à 80% —, des rassemblements réguliers de quelque 5 millions de personnes sur le square de la Liberté à Bagdad, de son arrivée en France — « parce que j’étais menacé en Irak et que la France, c’est les frères Lumière et le pays du cinéma » — et conclut : « En tournant mes films, j’aurais pu me faire tuer. » On lui demande alors quel message délivrait ses films. « L’humanité, c’est tout ! »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Ce 2 septembre, l'équipe municipale a célébré le sauvetage de 108 enfants du camp de Vénissieux en août 1942 et les combats qui ont...

Actus

L’association Lyon-Ukraine dont fait partie la vénissiane et ukrainienne Svitlana Gimenez, a envoyé 23 camions en Ukraine afin d’apporter une aide médicale et matérielle...

Actus

À l'initiative des militants locaux du PCF, du Mouvement de la Paix et de la CGT, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées le...

Actus

25 appartements et sept maisons sont en cours de construction rue de la Démocratie. Ce programme, porté par Foncière Logement, logera dès 2023 des...

Actus

Face à l’invasion russe en Ukraine, dans les écoles, les élèves s’inquiètent de l'évolution de cette guerre aux portes de l’Union Européenne.