Yves Blein investi par En Marche

Yves Blein, maire de Feyzin et député (PS) sortant de la 14e circonscription du Rhône, fait partie des 428 candidats investis le 11 mai par le mouvement La République en marche pour les élections législatives de juin. « Socialiste, j’ai été investi par le mouvement En Marche d’Emmanuel Macron car je partage sa vision européenne et réformatrice pour notre pays », déclare le candidat sur son site.

« Macron-compatible »
Yves Blein avait annoncé son soutien à Emmanuel Macron 9 jours seulement avant le premier tour. Le parti du président élu récompense donc ce soutien qui, bien que tardif, n’était qu’un secret de polichinelle, tant M. Blein (partisan de Manuel Valls) avait donné de signes prouvant qu’il était « Macron-compatible ».

Un score en trompe l’oeil ?
Avec 68,89 % des suffrages au second tour de la Présidentielle, Emmanuel Macron est arrivé en tête dans la 14e circonscription du Rhône, avec un score légèrement supérieur à sa moyenne nationale. En s’appuyant sur ce résultat, M. Blein pourrait nourrir l’espoir d’être réélu haut la main. Mais ce score n’est-il pas en trompe l’oeil, tant M. Macron semble avoir profité du « front républicain » ? Au premier tour, il n’a devancé Marine Le Pen que d’une très courte tête  (21,90 % contre 21,10 %), tandis que Jean-Luc Mélenchon a obtenu 30,07% des suffrages de la circonscription.

Questions en suspens
L’investiture de M. Blein acquise, quelques questions restent en suspens. D’abord, qui sera sa suppléante ? On sait qu’Anne-Cécile Groléas (apparentée PS) et Saliha Mertani (MoDem) avaient également postulé pour obtenir l’investiture d’En Marche. Il est toutefois permis de douter que Mme Mertani accepte un “ticket” avec M. Blein, qui lui avait retiré sa délégation d’adjointe à l’emploi à Feyzin… Ensuite, le nouveau « marcheur » sera-t-il exclu du PS ? C’est la menace que fait planer son secrétaire national Jean-Christophe Cambadélis sur la tête des « renégats ».

Enfin, y aura-t-il une candidature estampillée PS face à lui ? Pas sûr, en effet, que l’étiquette Macron soit très appréciée des sections socialistes locales, ancrées à gauche. Le 14 avril dernier, au lendemain de son appel à voter pour Emmanuel Macron plutôt que pour Benoît Hamon, candidat officiel du PS, Yves Blein avait d’ailleurs perdu sa suppléante désignée, Corinne Dubos (élue d’opposition à Saint-Priest), en désaccord avec le choix du député sortant.

En l’absence de candidat local de France Insoumise, et d’un(e) candidat(e) socialiste, la gauche est donc représentée dans la 14e circonscription par Michèle Picard (maire de Vénissieux, PCF), Zafer Girisit (EELV) et Marie-Christine Seeman (LO).