L’anti-gaspi, ça s’apprend… et ça se goûte

Un bout de cake de pain rassis au comté et aux olives, surmonté d’une cuillère de pesto aux fanes de carottes, le tout accompagné d’un jus de fruits abîmés « pomme, orange, prune, pomelo »… « Ma foi, c’est plutôt bon, réagit Louis, un sexagénaire pas franchement adepte a priori de la cuisine de récupération. Le pesto en particulier est très réussi. »

Comme des dizaines d’autres Vénissians, ce mercredi 12 avril sur le marché du Centre, il a goûté cette pause de quelques minutes au stand anti-gaspi dressé par les associations Aremacs et Récup & Gamelles. Une initiative qui s’inscrivait dans le cadre de la Semaine de la propreté.

Après la dégustation, un petit quiz était proposé, histoire de tester les connaissances des chalands sur le gaspillage alimentaire. Bilan pour Louis : « Je me situe à un niveau 2 sur un maximum de 5, pas terrible ! » Pour finir, en signe de bonne volonté, il a brandi face au photographe une pancarte sur laquelle on pouvait lire « Je m’engage à continuer à faire mes courses au jour le jour ».

« Ça me va bien, j’ai le temps, sourit le retraité. Cela dit, je ne pensais pas qu’on gaspillait autant : 29 kg par an et par personne, c’est quand même une belle quantité ! » Les photos seront publiées sur les pages Facebook des associations. Les participants qui le souhaitaient pouvaient également laisser leur adresse mail pour être informés de leurs activités.

À l’image de cette animation sur le marché de Vénissieux, Aremacs et Récup & Gamelles interviennent régulièrement dans toute l’agglomération, à la demande de la Métropole de Lyon, pour sensibiliser le public au gaspillage alimentaire mais aussi à la valorisation des restes et des invendus.
« C’est un long chemin, explique Amaury, salarié d’Aremacs. Mais ça progresse, incontestablement. Il y a une prise de conscience. Pour peu qu’on prenne le temps d’aller vers les gens avec des animations sympas et ludiques comme ce matin, on se rend compte qu’ils sont à la recherche de solutions pour passer concrètement à l’action. La demande citoyenne est réelle aujourd’hui autour des questions liées l’environnement et au développement durable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *