37e Foulée vénissiane : courir de plaisir

La Foulée, un moment convivial

Malgré les caprices d’Éole, maître et régisseur des vents, l’édition 2016 de la Foulée, 37e du nom, a tenu ses promesses : des records de participation, des temps forts, des moments d’émotion (surtout chez les scolaires) et des performances sportives de haut niveau.
Commençons par un morceau de choix, la Foulée scolaire du samedi. Pas une goutte de pluie, un soleil radieux et une chaude ambiance, assurée par 1761 scolaires issus d’une vingtaine d’établissements de la ville, qui s’étaient donné rendez-vous au parc de Parilly. 1761 dossards en folie, nouveau record de participation. « Quelque 300 élèves de classes primaires ont pris part à cette édition, c’est une première, ont détaillé Eliette Piccolo et Cédric Bith, de la direction municipale du Sport et de la Jeunesse. Par rapport à 2014, on enregistre une hausse de près de 50 % (NDLR : la Foulée scolaire de l’an dernier avait été annulée en raison des événements de Paris). » Durant plus de 2 heures, encouragées par un millier de parents, les centaines d’enfants ont avalé entre 650 et 1300 mètres, parfois plus en se trompant sur une portion du tracé…

Autour de Michèle Picard, maire ravie, l’équipe municipale avait presque des envies de se défouler sur la piste d’athlétisme, applaudissant sans relâche les passages des apprentis coureurs. Tous avaient un objectif : sinon gagner, au moins terminer leur parcours. Et comment ne pas fondre de plaisir après avoir vu le petit Moktar (école Georges-Lévy) s’arrêter en pleine course pour aider son copain Zayd, en pleurs, qui s’était blessé ? Comment ne pas se réjouir de voir le petit Halim Belhaj-Salem (école Anatole-France) faire sa Foulée dans son fauteuil roulant ? Comment ne pas sourire à l’arrivée des frères Montana, jumeaux, dossards 1402 et 1403, pas à tout fait sur la même ligne ? Malicieux enfants qui, alors qu’ils venaient pourtant d’en finir avec leur course, avaient les ressources pour sprinter de nouveau… pour aller avaler chocolat chaud et brioche. Une autre manière de se ressourcer. « En dépit des contraintes de sécurité, les parents ont joué le jeu, ont apprécié les organisateurs. Ils ont encouragé leurs enfants dans les espaces réservés, sans déborder. Sincèrement, cette édition 2017 restera dans les mémoires. »

Le lendemain, en dépit d’un vent de plus en plus gênant, les courses se sont déroulées dans des conditions acceptables. Les organisateurs et les bénévoles ont dû faire face à quelques nuisances, comme ces barnums envolés et ces barrières couchées qu’il a fallu remonter ou redresser. Sur le plan purement sportif, bien évidemment, il n’était plus question de voir des records tomber. « En moyenne, et selon la distance choisie, les habitués des chronos ont perdu entre une et trois minutes par rapport à leurs perfs habituelles, » expliquait Nicolas, l’athlète vénissian spécialiste du 10 km, qui n’a pu défendre ses chances pour cause de blessure. En spectateur attentif, il a apprécié le finish du Kenyan au nom prédestiné, Charles Korir, intouchable dans la dernière ligne droite, devançant les Haut-Savoyards Qaasiim Shumbii et John Tanui : 30’58 pour le vainqueur, 2 et 18 secondes de plus pour ses poursuivants. Romain Lecointre, le premier Vénissian (AFA Feyzin/Vénissieux) arrivait quatre minutes plus tard. Et 43 secondes plus tard, le Kenya était encore à l’honneur : Mercyline Jeronoh franchissait la ligne d’arrivée, avec le dossard de première féminine.

Sur le 21 km, il n’y a pas eu de surprises, plutôt de la récidive. Alaa Hrioued (Coquelicot 42) s’imposait en 1 h 07… le même temps que l’an dernier. Difficile d’être plus régulier. Une minute et dix secondes plus tard, Abdesalam Kiday (Bellegarde) terminait second… Le bilan de la journée a dû réjouir organisateurs, bénévoles (plus de 80 issus de l’OMS et de l’AFA Feyzin) et même coureurs. Ce sont exactement 1827 adeptes de la course à pied qui ont franchi la ligne d’arrivée : 1205 sur le 10 km, 352 sur le 21 km, 166 sur le 5 km, 53 sur le 2 km intergénérations et 50 sur le km intergénérations. Pas mal quand on se souvient de la météo gênante et de la concurrence des Jogg’îles, programmées ce même dimanche.

Résultats de la Foulée scolaire :

Filles nées en 2010 :
1/ Sellie Yrella Bera (Gabriel-Péri) 2/Gleana Diustaly (Charréard), 3/ Ajar Litim (Anatole-France B)

Garçons nés en 2010 :
1/ Jamil Badri (Joliot-Curie), 2/ Kaïss Loulendo (Anatole-France B), 3/ Daniel MBongo (Jules-Guesde)

Filles nées en 2009 :
1/ Maé Martinez (Parilly), 2/ Loane Orosmane (Max-Barel), 3/ Lina Nadjem (Anatole-France A)

Garçons nés en 2009 :
1/ Kalim Aouadia (Max-Barel), 2/ Abdou Zitoumbi (Charréard), 3/ Younes Belabess (Georges-Lévy)

Filles nées en 2008 :
1/ Mélina Brimicombe (Parilly), 2/ Marion Bague-Mayot (Anatole-France B), 3/ Syrine Tertag (Centre)

Garçons nés en 2008 :
1/ Ayyout Gholfane (Jean-Moulin), 2/ Nelson Amadi (Moulin-à-Vent), 3- Mehdi Bettiche (Anatole-France B)

Filles nées en 2007 :
1/ Djelika Diarra (Jean-Moulin), 2/ Elyssa Karaoui (Centre), 3/ Morgane Aymard (Centre)

Garçons nés en 2007 :
1/ Dhalgarnayni Alhadi (Charles-Perrault), 2/ Zinedine Latrech (Flora-Tristan), 3/ Foued Doghmi (Jean-Moulin)

Filles nées en 2006 :
1/ Sirine Fertas (Parilly), 2/ Chaïma Maafi (Anatole-France B), 3/ Jade Zengal (Parilly)

Garçons nés en 2006 :
1/ Luca Fontana (Gabriel-Péri), 2/ Enzo Fontana (Gabriel-Péri), 3- Elyes Zarrad (Joliot-Curie)

Filles nées en 2005 :
1/ Yasmine Doghmi (Jean-Moulin), 2/ Maïssa Chikh-Berrached (Charréard), 3/ Heidi Chouan (Charles-Perrault)

Garçons nés en 2005 :
1/ Brandon Vanna (Centre), 2/ Daniel Carpaci (Max-Barel), 3/ Alexis Guillaud (Joliot-Curie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *