La ligne D voit double

© SYTRAL
© SYTRAL

Pendant la seconde quinzaine de juillet, les usagers de la ligne D ont eu une bonne surprise : des métros deux fois plus longs que d’habitude en heure de pointe. Même si, vacances obligent, la période n’était pas la plus chargée en voyageurs, les passagers ont apprécié de ne pas être serrés comme des sardines, et de pouvoir trouver une place assise plus facilement. Hélas, pour retrouver un tel confort, il va falloir attendre encore trois ans !

« La fréquentation du métro lyonnais a augmenté de près de 20 % entre 2009 et 2015, constate le Sytral. La ligne D entre les gares de Vaise et de Vénissieux compte 270 000 voyages/jour et elle est saturée aux heures de pointe. » Confronté à une tendance qui va s’accentuer, l’opérateur de transports publics de la métropole veut augmenter de 15 % la capacité de la ligne lors des pics d’affluence, d’ici 2019.

Plutôt que d’augmenter la fréquence entre deux rames (qui n’est que de 2 minutes en heure de pointe), le Sytral et son délégataire Keolis Lyon souhaitent « optimiser les modes d’exploitation » des équipements actuels. D’où le train qui a circulé du 15 au 30 juillet : long de 72 mètres, composé de 4 voitures au lieu de 2, il pouvait accueillir 750 voyageurs, contre 375 habituellement. Il s’agissait pour l’opérateur d’observer le comportement des usagers, leur positionnement sur le quai, leur répartition dans la rame. « Les voyageurs ont été agréablement surpris par ces trains longs, même s’ils étaient prévenus par l’affichage électronique et les annonces sonores, confie Camille Bastie, porte-parole du Sytral. Nous tirons un bilan très satisfaisant de cette première expérimentation avec voyageurs. »

Alors, pourquoi ne pas mettre ces trains longs sur les rails dès la rentrée ? « Ces essais en conditions réelles ont complété les tests de nuit réalisés depuis 18 mois, explique le Sytral. Mais il reste un gros travail à faire pour ajuster le système d’exploitation du métro automatique à ces nouvelles conditions. D’importantes modifications techniques doivent être réalisées avant le déploiement du nouveau dispositif en toute sécurité, à l’horizon 2019. » Petite consolation pour patienter jusque-là, de nouveaux essais en heures de pointe auront lieu régulièrement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *